×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    7.7 milliards

    Editorial: 7,7 milliards de raisons de favoriser l’inclusion sociale

    Par L'Economiste | Edition N°:5543 Le 26/06/2019 | Partager
    sparknews_tt_5543.jpg
    Christian de Boisredon, fondateur de Sparknews & l’équipe de Sparknews

    La mondialisation a été une aubaine pour certaines économies, brisant des frontières et raccourcissant les distances entre les pays et entre les personnes. En même temps, elle a mis en lumière d’énormes inégalités à l’origine de polarisations et d’exclusions dans les sociétés du monde entier. 
    Certaines sociétés cèdent de plus en plus à la tentation de se replier sur elles-mêmes, construisant des murs autour d’elles sous le signe de la peur et de la méfiance d’autrui, pour écarter tous ceux qui pensent, agissent ou semblent différents. L’année dernière, des experts des Nations Unies et des spécialistes des droits humains ont mis en garde contre une montée alarmante du racisme et de la xénophobie partout dans le monde. Les inégalités économiques et territoriales croissantes, couplées à une crise de confiance envers les institutions publiques, ne font que détériorer la situation, ouvrant la voie à de nouvelles inégalités, à l’isolationnisme et aux crises sociales.
    En parallèle, un nombre croissant de citoyens abandonne les zones rurales pour s’installer dans les centres urbains, où les marchés sont plus forts et les possibilités d’emploi, en théorie, meilleures. De nos jours, 55% de la population mondiale habite dans des villes selon les Nations Unies, un chiffre qui devrait atteindre 68% d’ici 2050. Si nous souhaitons assurer la survie et le respect des droits fondamentaux des 7,7 milliards d’habitants de la planète, nous devons relever des défis de taille, tels que le logement abordable, l’emploi décent, l’accès à l’éducation et à la santé, et la représentation citoyenne dans le débat public. 

    inclusion_sociale_5543.jpg
    De nos jours, 55% de la population mondiale habite dans des villes selon les Nations Unies, un chiffre qui devrait atteindre 68% d’ici 2050

    Au lieu de murs, nous pourrions construire des ponts. Certains sont déjà en train de le faire. De pays, cultures et milieux socio-économiques différents, des hommes et des femmes partout dans le monde apportent des réponses locales efficaces à ces enjeux mondiaux. A travers leurs actions, ils montrent qu’il est possible de trouver des solutions inclusives qui contribuent à réduire les écarts sociaux, économiques et civiques qui marginalisent une grande partie de la population mondiale. 
    En Argentine, les personnes transgenres qui ont abandonné l’école à cause de la discrimination ont désormais la possibilité de terminer leurs études grâce au premier lycée public pour les adultes transgenre dans le monde. En Ouganda, un groupe de danseurs amateurs parcourt le pays, utilisant les rythmes traditionnels des régions qu’ils traversent pour aider les jeunes à sortir de la toxicomanie et de la pauvreté. Une startup en Belgique a conçu et lancé un programme d’accompagnement pour que les personnes âgées puissent guider les immigrants dans leur recherche d’emploi, afin de les intégrer dans leur nouveau pays. 
    De telles initiatives ont le pouvoir de créer un avenir plus durable, plus juste et plus résilient pour tous. C’est pourquoi, cette semaine, L’Economiste s’associe à Sparknews et à 15 médias d’information du monde entier pour présenter ces initiatives et d’autres aux lecteurs, dans le cadre du programme éditorial 7,7 milliards, en partenariat avec la Fondation Schwab. Tout comme les personnes dans ces reportages, les rédactions qui participent à cette alliance ont des histoires, des cultures et des langues différentes, mais choisissent d’unir leurs forces pour explorer les enjeux qui divisent nos sociétés et les pistes pour les résoudre de manière constructive.
    Si deux têtes valent mieux qu’une, imaginez ce que 7,7 milliards pourraient accomplir.

    En 1950, soit cinq ans après la création de l’Organisation des Nations Unies, la population mondiale était estimée à près de 2,6 milliards de personnes. Elle a ensuite atteint 5 milliards d’individus en 1987, puis 6 milliards en 1999. En octobre 2011, le chiffre de 7 milliards de personnes sur notre planète avait été franchi.


    population_mondiale_5543.jpg
     

    À l’heure actuelle, la Chine et l’Inde demeurent les deux pays les plus peuplés au monde, avec plus d’un milliard de personnes chacun, représentant respectivement 19% et 18% de la population mondiale.

    Même si des progrès considérables ont été accomplis ces 20 dernières années, plus de 700 millions de personnes vivent toujours en dessous du seuil de pauvreté extrême, dont plus de la moitié se trouvent en Afrique. 

    Plus de la moitié de la population mondiale n’a pas accès à la protection sociale, ce qui contribue à entretenir des niveaux élevés d’activités de subsistance. Ces déséquilibres compliquent la réalisation des objectifs visant à éliminer la pauvreté et à créer des emplois décents pour tous. 

    L’Organisation internationale du travail estime qu’environ 2 milliards de personnes, dont plus de 400 millions sont âgées de 15 à 29 ans, vivent actuellement dans des situations de fragilité et de conflit.
    Source: Nations Unies

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc