×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Bourse: Les volumes baissent quasi de moitié à fin mars

    Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5532 Le 11/06/2019 | Partager
    Les transactions sur le marché central se fixent à 5 milliards de DH
    Les institutionnels et particuliers marocains orientés à l’achat
    indicateurs_boursier_032.jpg

    D’une année à l’autre, les indicateurs de la Bourse de Casablanca se détériorent. Entre le premier trimestre 2018 et le premier trimestre 2019, les baisses sont assez importantes

    Le premier trimestre de l’année a été difficile pour la Bourse de Casablanca. Le rapport du profil des investisseurs en Bourse pour les trois premiers mois de 2019 émis par l’Autorité marocaine du marché de capitaux (AMMC) renseigne sur l’ampleur de la baisse qui a touché les principaux indicateurs du marché boursier.

    A commencer par la capitalisation qui s’est érodée de 99 milliards de DH entre le premier trimestre 2018 et le premier trimestre 2019 à 562 milliards de DH. Cela est justement la résultante de la régression, sur la même période, de 16,46% du Masi, l’indice phare de la Bourse de Casablanca, à 10.912,23 points et de la chute de 44,61% des volumes de transactions à un peu plus de 5 milliards de DH sur le compartiment central qui s’accapare 57% des transactions. Seul le marché de blocs tire son épingle du jeu avec une hausse de près de 60% du volume trimestriel à 3,8 milliards de DH.

    Ceci dit, aussi bien sur le central ou le bloc, le nombre de contrats ou d’ordres se sont fortement réduits (-52 et -46%) à respectivement 32.100 et 94.926. Au-delà de ces baisses, les transactions sur le marché boursier restent, le moins que l’on puisse dire, dominées par les OPCVM qui représentent 42% du volume. Ces organismes de placement ont investi plus de 1,7 milliard de DH en actions à fin mars et se sont désengagés du marché via des cessions d’actions pour 2,5 milliards de DH.

    De quoi les positionner clairement en position nette vendeur. Tout le contraire des personnes morales marocaines. Celles-ci qui  s’accaparent 28% du volume trimestriel affichent une position nette acheteuse. Les achats en action des institutionnels marocains ont, en effet, totalisé 1,9 milliard de DH. Ce qui les place en tête du palmarès des volumes d’achat. Alors que sur les ventes, leurs cessions n’ont pas dépassé les 845 millions de DH.

    Les personnes physiques marocaines empruntent la même trajectoire acheteuse. Réalisant 8% du volume du marché central au premier trimestre, les particuliers marocains ont drainé 455 millions de DH de volume d’achat contre 401 millions de DH de celui des ventes.

    Comme les OPCVM, les institutionnels étrangers de la Bourse de Casablanca sont globalement positionnés à la vente. Ils ont ainsi cédé pour plus de 1 milliard de DH d’actions contre à peine 818 millions de DH d’acquisition.

    Au niveau du marché de bloc, c’est quasiment la même configuration. Les institutionnels marocains sont orientés vers l’achat alors que leurs homologues étrangers restent vendeurs. Les OPCVM affichent eux une position nette acheteuse sur ce compartiment.

    Moulay Ahmed BELGHITI     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc