×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5531 Le 10/06/2019 | Partager

    ■ Une pub propose de castrer les maris infidèles

    caei_insolite_031.jpg

    La «castration» est offerte pour les maris infidèles: la blague d’une clinique vétérinaire russe n’a pas fait rire deux habitants de Saint-Pétersbourg (nord-ouest) qui ont saisi le service fédéral anti-monopole (FAS) de la ville, a-t-on appris lundi. «Promotion sur les castrations: un chat 1000 roubles, une chatte (stérilisation, ndlr...) 2500 roubles, gratuit pour un mari infidèle». Installée près d’une station de métro, l’affiche a indigné deux habitants de la deuxième ville de Russie qui ont porté plainte, a expliqué à l’AFP la porte-parole du FAS local, Marina Nerinovskaïa. En Russie, le service fédéral anti-monopole est notamment chargé du contrôle des publicités. «Le 31 mai, familiales».»Cette publicité est humiliante et produit une discrimination sexiste pour affaiblir la confiance entre les gens. Selon moi, elle appelle à la violence, à la cruauté et elle ruine les affaires familiales», dénonce un des habitants mécontents, cité dans un communiqué du service anti-monopole. Ce même communiqué ajoute que «les plaintes seront examinées» et «les résultats publiés».
    ■ Un policier remplaçait les méthamphétamines par du sel d’alun
    Un policier birman avait trouvé un moyen original pour détourner des méthamphétamines dans les stocks des saisies: il les remplaçait par du sel
    nous avons reçu deux plaintes d’habitants de Saint-Pétersbourg sur cette publicité qu’ils ont trouvée obscène», a-t-elle expliqué, certains y voyant une «discrimination sexiste» et la «ruine des valeurs
    d’alun. Mais à l’occasion d’un inventaire, le pot-aux-roses a été découvert, a annoncé la police mardi: «Sur 103 paquets, 64 étaient faux», a expliqué Myint Swe, chef de la police du district de Kengtung, en Etat Shan, où le policier était en poste. «Nous avons trouvé qu’il remplaçait l’+ice+ (surnom de la métamphétamine, NDLR) par de l’alun de potassium», un sel naturel qui y ressemble, a précisé la police de lutte contre la drogue. Le policier, qui avait pris la fuite, a été depuis arrêté pour avoir subtilisé ces 64 kilos, d’une valeur de plus de 740.000 euros sur le marché local. Le Triangle d’or, aux confins de la Birmanie, de la Thaïlande et du Laos, est une des principales zones de production de drogues dans le monde, notamment pour les méthamphétamines. La Birmanie en est le premier producteur, selon les experts.oSERVICE

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc