×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5518 Le 17/05/2019 | Partager

    ■ Un avion furtif américain endommagé par un oiseau
    Un avion furtif américain déployé au Japon a été gravement endommagé par un oiseau qui a causé des millions de dollars de dégâts, a-t-on appris mercredi auprès du corps des Marines. «Le 7 mai, un F-35B assigné au 12e groupe aéronaval (...) a interrompu son décollage en raison d'une collision avec un oiseau à la base du corps des Marines d'Iwakuni», dans l'ouest du Japon, a indiqué le commandant Christopher Harrison, porte-parole des Marines. Le pilote est sain et sauf, a-t-il précisé. Les dégâts n'ont pas été évalués précisément mais le corps des Marines a déjà classé l'incident dans la catégorie «A», ce qui veut dire que le coût devrait dépasser les 2 millions de dollars. Le mois dernier, un chasseur F-16 exploité aux Etats-Unis avait été frappé par un faucon, a indiqué l'armée de l'air américaine sur un site internet spécialisé dans les questions militaires. Des images de cet incident survenu le 17 avril montraient les restes déchiquetés d'un oiseau dans le train d'atterrissage de l'appareil. Lancé au début des années 1990, le F-35 est le plus cher des programmes d'armement de l'histoire militaire américaine, avec un coût estimé au total à près de 400 milliards de dollars pour le Pentagone, pour un objectif de près de 2.500 appareils à produire dans les décennies à venir.
    Le F-35B en est la variante à décollage court et atterrissage vertical, destinée au corps des Marines. Chaque appareil coûte 115 millions de dollars.

     ■ Une station de ski rouvre en plein mois de mai
    Dérèglement climatique ou simple péripétie météorologique: une station de ski autrichienne a annoncé mercredi rouvrir exceptionnellement ses pistes ce week-end, du jamais-vu en plein mois de mai, après de fortes chutes de neige durant les bien nommés «Saints de glace». «C'est pas une blague, on rouvre ce week-end», a tweeté la station du Hochkar, un domaine des Alpes autrichiennes établi entre 1.300 et 1.800 mètres d'altitude, à quelque 150 km à l'ouest de Vienne. Alors qu'elle avait été confrontée à des signes avant-coureurs de sécheresse en avril, avec des précipitations au plus bas et des températures ayant dépassé les 25°C, le petite république alpine connaît depuis deux semaines un épisode hivernal inhabituel. Celui-ci s'est traduit par la chute de 70 à 130 centimètres de neige fraîche durant les «Saints de glace» (11-13 mai) sur le domaine du Hochkar, dans le centre du pays. «Nous étions en pleins préparatifs de la saison d'été», a confié le directeur de la station, Rainer Rohregger. «Mais les Saints de glace nous ont apporté des températures froides et d'abondantes précipitations, ce qui nous a donné l'idée de rouvrir les pistes», a-t-il ajouté dans un communiqué. Pour fêter l'événement, la station a indiqué que l'accès à la station et aux remontées mécaniques serait exceptionnellement gratuit durant tout le week-end. Le domaine avait achevé sa saison le 7 avril.
    «Skier mi-mai dans le Hochkar, ça n'était encore jamais arrivé», a souligné M. Rohregger.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc