×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Sri Lanka: Les voyageurs appelés à la prudence

    Par L'Economiste | Edition N°:5501 Le 23/04/2019 | Partager
    Les responsables de la vague d’attentats traqués
    L’état d’urgence déclaré

    Le Sri Lanka traquait, hier lundi, les responsables de la vague d’attentats suicides (cf. notre édition N° 5500 du lundi 22 avril 2019) qui ont fait environ 290 morts la veille dans l’île d’Asie du Sud, dans un déchaînement de violence imputé par les autorités à un mouvement islamiste local.

    A l’heure où nous mettions sous presse, le nombre exact d’étrangers tués était difficile à déterminer. Des Indiens, Portugais, Turcs, Britanniques, Américains et Japonais… figurent parmi les nationalités touchées. Une femme marocaine a été blessée dans ces attaques terroristes.

    La présidence du pays de 21 millions d’habitants a déclaré l’état d’urgence à partir de lundi dans la soirée au nom de la sécurité publique. Cette mesure a pour but de donner une plus grande latitude à la police et à l’armée.

    Sri Lanka n’avait pas connu un tel épisode de violences depuis la fin de la guerre civile il y a dix ans. Tout en désignant le National Thowheeth Jama’ath (NTJ), le porte-parole du gouvernement a indiqué avoir «du mal à voir comment une petite organisation dans ce pays peut faire tout cela».

    «Nous enquêtons sur une éventuelle aide étrangère et leurs autres liens, comment ils forment des kamikazes, comment ils ont produit ces bombes», a-t-il ajouté. Le NTJ s’était fait connaître l’an passé à travers des actes de vandalisme contre des statues bouddhiques. Il avait aussi fait, il y a dix jours, l’objet d’une alerte diffusée aux services de police, selon laquelle il préparait des attentats suicides contre des églises de la minorité chrétienne et l’ambassade d’Inde à Colombo.

    Les autorités sri-lankaises ont annoncé l’arrestation de 24 personnes et indiqué que le FBI américain les assistait dans leur enquête. Des agents d’Interpol doivent également arriver mardi dans le pays. Près de 87 détonateurs de bombes ont été découverts lundi dans une gare de bus de Colombo située à mi-chemin des hôtels haut de gamme du front de mer et de l’église Saint-Antoine, sites d’attentats dimanche.

    Une explosion s’est aussi produite, hier, lors d’une opération de déminage à proximité de cette même église Saint-Antoine, provoquant un mouvement de panique. On ignorait l’origine de cette déflagration et dans quelle mesure elle était contrôlée ou non par les démineurs. Lundi matin, la morgue de Colombo était le théâtre de scènes de désolation.

    Emotion et condamnation mondiales

    Du Vatican aux Etats-Unis, en passant par l’Inde, les condamnations internationales ont été unanimes. Le Roi Mohammed VI a adressé également un message de condoléances et de compassion au président de la République démocratique socialiste du Sri Lanka, Maithripala Sirisena.

    Environ 1,2 million de catholiques vivent au Sri Lanka où les chrétiens représentent 7% de la population, majoritairement bouddhiste (70%). Le pays compte également 12% d’hindous et 10% de musulmans. Les ambassades étrangères au Sri Lanka ont recommandé à leurs ressortissants d’éviter tout déplacement non impératif. Les Etats-Unis ont estimé que «des groupes terroristes continuent à préparer de possibles attaques au Sri Lanka, dans leurs conseils aux voyageurs».

    F. Z. T. avec AFP

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc