×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Intelligence artificielle: L’offensive SAS

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5499 Le 19/04/2019 | Partager
    Le groupe dévoile son projet de 1 milliard de dollars

    Le géant américain SAS Analytics s’engage, dans les trois années à venir, à investir 1 milliard de dollars, essentiellement dans la R&D et le développement de solutions basées sur l’intelligence artificielle (IA). Il réinvestit environ 26% de ses revenus, largement au-dessus de la moyenne du secteur établie à 12,5%.

    Au Maroc, où le groupe a établi son siège pour l’Afrique francophone, cette stratégie se traduit par le doublement des effectifs et la formation de profils pointus dans l’analyse de données et l’intelligence artificielle de type Data Scientist. Ce qui lui évitera de faire appel systématiquement à des experts étrangers.

    «Chez nous, tout le monde doit être au minimum Data Scientist, qu’il ait une responsabilité commerciale, technico-commerciale ou de consulting», précise Youssef Aqallal, directeur général Afrique du Nord de SAS Analytics.

    L’entreprise est en plein recrutement en ce moment. Le bureau casablancais compte aujourd’hui 13 collaborateurs. Il table sur 25 salariés dans deux ans. Face à la rareté de profils de ce type, le groupe déploie au Maroc, ainsi que dans les principaux pays de la région, un programme de partenariat académique.

    Le projet est mené avec une dizaine d’établissements, principalement des écoles d’ingénieurs et de commerce dont 6 au Maroc. Les autres sont basés au Sénégal, en Côte d’Ivoire, Cameroun et Tunisie. Ces écoles bénéficieront  gratuitement de logiciels SAS et solutions, dans le cadre de cursus existants et co-créés.

    Le géant américain parie également sur des partenariats tripartites, avec des universités et de grandes entreprises, qui s’engageront à embaucher un certain nombre d’étudiants à la fin des programmes de formation.

    En 2017, l’Afrique et tout particulièrement la zone francophone a enregistré le plus important taux de croissance des ventes. Sur les 5 dernières années, le groupe a réalisé plus de 10% de croissance annuelle de ses revenus.

    Avec plus de 3,25 milliards de dollars de chiffre d’affaires global réalisé en 2017, 36% provenaient de la région Europe, Moyen-Orient, Afrique. L’ouverture du bureau de Casablanca offre plus de proximité avec les clients. Désormais, plus de 80% du consulting est assuré depuis l’écosystème local, avec à la clé une optimisation des coûts.

    M. Ko.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc