×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Médina de Fès: Des visites guidées, comme à l’étranger!

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5495 Le 15/04/2019 | Partager
    Bornes tactiles, guidage audio polyglotte, audiophones, 600 balises de géolocalisation
    Un système d’information qui profitera à quelque 412 sites complètement remis à neuf
    La médina, musée vivant pour l’humanité, vecteur de croissance pour le tourisme
    medina_de_fes_094.jpg

    La réhabilitation des sites historiques de Fès renforce l’image de marque et la qualité de vie de la vieille médina. A retenir aussi que le coût global des projets de réhabilitation et de valorisation en cours s’élève à 983 millions de DH. Fondée il y a plus de 12 siècles, Fès continue d’ouvrir ses pages glorieuses aux savants, historiens et touristes pour percer ses secrets et goûter à son art de vivre aussi rayonnant qu’étincelant (Ph. YSA)

    La ville de Fès vit un véritable renouveau touristique grâce à la sauvegarde du patrimoine culturel et architectural de la médina. Aussi, et sous l’impulsion royale, tous les sites de haute charge historique, foundouks, souks, ruelles, places… ont complètement été remis à neuf.

    «La protection du patrimoine a de véritables répercussions sur la création de richesses et sur le développement socioéconomique de la ville, particulièrement le tourisme et l’artisanat», témoigne Aziz Lebbar, président du Conseil régional du tourisme (CRT de Fès), qui précise que le secteur du tourisme est en train de renouer avec la croissance et les belles années d’activités.

    La médina de Fès est un musée vivant. Sa restauration, financée à coup de milliards de DH, vise à enclencher une réelle dynamique au niveau des sites historiques.

    Les foundouks, hauts lieux de l’artisanat raffiné, shopping et tourisme ont profité d’une cure de jouvence grâce au projet «Artisanat Fès Médina». Par ailleurs, kissaria d’El Kifah, Dar Lazrak, Dar Laraki, les ponts Lakhrachfiyyine, les médersas, les bains (hammam Ibn Abbad, El Kettanine, Seffarine)… et bien d’autres lieux emblématiques renaissent de leurs cendres grâce au programme de valorisation de la médina (583 millions de DH).

    Ce programme finance également la réhabilitation du musée Batha, rebaptisé «musée de la culture arabo-musulmane», la création «d’un musée de la culture judaïque», ainsi que la remise en état de l’horloge hydraulique de la Bouïnania, les fontaines, latrines, noria du jardin Jnane Sbill, etc. 

    medina-de-fes-094.jpg

    La finalité du grand projet de restauration de la médina n’est autre que d’assurer la pérennité de sa dynamique culturelle, économique et sociale. Pour y parvenir, le programme en cours accorde une grande importance à l’aménagement des accès à la cité idrisside, une cité millénaire riche de ses 11 medersas, ses 43 écoles coraniques, ses 83 mausolées et zaouïas et ses 176 mosquées, dont l’Université Al-Quaraouiyine.

    A ce titre, quelque 400 millions de DH ont été réservés au programme de parkings de la ville. L’amélioration de l’accessibilité des sites historiques boostera également le tourisme et encouragera le voyage dans l’histoire de Fès. Les travaux d’aménagement et de réfection des voiries et du pavé concerneront 23 km de ruelles. Il en est de même pour l’installation de l’adressage des sites historiques.

    En outre, 3 écrans géants (4,8 m x 2,4 m), 10 bornes tactiles d’information y compris des applications, quelque 700 appareils de guidage audio polyglotte, ainsi que 600 audiophones pour groupes guidés, 600 balises de géolocalisation, seront bientôt mis en place. Ces équipements profiteront à quelque 412 sites dont mosquées, mausolées, zaouïas, médersas et portes historiques.

    Le but est de passer de l’échelle d’un monument équipé en système d’information touristique à l’échelle d’une ville où le touriste trouvera tout son plaisir de remonter l’histoire. L’ambition étant d’assurer une sauvegarde réfléchie d’un patrimoine universel et d’en faire un «musée vivant pour l’humanité».

    De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc