×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Médias

    Le plaidoyer de Kamal Lahlou à la CGEM

    Par Amin RBOUB | Edition N°:5478 Le 21/03/2019 | Partager
    La subvention ne représente que 8% du chiffre d’affaires du secteur
    Mezouar s’engage à défendre l’entreprise de presse
    Un plan d’urgence s’impose
    kamal_lahlou_078.jpg

    Kamal Lahlou, président de la Fédération marocaine des médias: «C’est la publicité qui fait vivre les médias. Or, ce marché ne se développe pas»... (Ph. KL)

    Sortie remarquable de Kamal Lahlou, président de la Fédération marocaine des médias, à la CGEM. Le représentant des éditeurs a fait un plaidoyer pour les médias en général. Sans démagogie, il a plaidé la cause de la presse écrite en brossant un tableau «peu reluisant».

    Selon Kamal Lahlou, «la situation actuelle est intenable. Le fonds de soutien ne représente que 8% du chiffre d’affaires du secteur et les subventions sont considérées comme des recettes et donc assujetties aux impôts et taxes afférents».

    Face à la chute drastique des recettes publicitaires, la baisse des ventes des journaux, les charges d’impression et de distribution ou encore le coût du papier, la masse salariale... «l’entreprise de presse est en train d’agoniser», regrette le président de la Fédération des médias.

    «C’est la publicité qui fait vivre les médias. Or, ce marché ne se développe pas»... Au contraire, les recettes baissent d’année en année. Devant un auditoire assez réceptif (les membres du conseil d’administration de la CGEM), la sortie de Kamal Lahlou a suscité le soutien du président de la Confédération patronale, Salaheddine Mezouar.

    A l’instar des entreprises et secteurs représentés par la CGEM, le patron des patrons promet «une action particulière» pour le secteur de la presse. Les représentants de la CGEM à la Chambre des conseillers sont aussi appelés à plaider la cause de l’entreprise de presse. 

    Pour relancer le secteur, le président de la Fédération des médias appelle à la mise en place de mesures d’urgence. Sur ce point précis, il propose notamment de doubler le montant de la subvention de l’Etat. Il défend aussi l’option d’une exonération de l’IS et de la TVA sur la subvention, voire la mise en place d’un fonds de soutien avec une série de mesures ciblées en faveur du secteur.

    Pour Kamal Lahlou, il va falloir organiser un  débat serein, voire des Assises de la presse et mettre à plat l’ensemble de l’écosystème, le modèle économique ou encore la convergence entre le digital et le papier. A partir de là, «nous devrions sortir avec un plan de soutien avec des mesures d’urgence». D’ailleurs, la Fédération des médias (FMM) et la Fédération des éditeurs (FMEJ) comptent conjuguer leurs efforts pour défendre les intérêts de la profession.

    Kamal Lahlou revient aussi sur le rôle social de la radio et le renforcement de la démocratie depuis la libéralisation des ondes. Qu’on le veuille ou non, la multiplication des stations a libéré la parole et favorisé le pluralisme.

    Après 12 ans de revendications, le secteur de la radio vient enfin d’obtenir la réduction de 70% de la redevance sur l’utilisation des fréquences. Or, les fréquences sont gratuites ailleurs! «C’est la seule aide octroyée et elle est largement insuffisante», regrette Kamal Lahlou.

    Amin RBOUB

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc