×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Handicap: Des enfants retrouvent espoir et dignité

    Par Joséphine ADAM | Edition N°:5473 Le 14/03/2019 | Partager
    L’association «Trait d’union pour le handicap» à Marrakech fait le bilan
    82 enfants pris en charge, et 110 sur la liste d’attente
    Toutes les initiatives de soutien sont bonnes à prendre
    handicap_073.jpg

    Parmi les activités organisées tout au long de l’année, les enfants de l’association Trait d’union pour le handicap s’essayent à la cuisine. En avril prochain, le centre organise son premier déjeuner à l’école, qu’ils auront eux-mêmes préparé  (Ph. Trait d'Union)

    Tranquillement, l’association Trait d’union pour le handicap développe ses actions. Comme son nom l’indique, elle soutient les personnes en situation de handicap mental, psychique ou de polyhandicap, et tout particulièrement les enfants. Car son origine vient de la volonté de parents d’enfants et d’adolescents qui étaient, jusque-là, en marge de l’école et des activités que l’on aime à cet âge.

    Soutenu par ses partenaires étatiques et l’association Al Baraka ou la fondation Janelly et Jean-René Fourtou, entre autres coopérations, le centre prend actuellement en charge 82 enfants. Hébergé au sein de l’école primaire Khalid Ibn El Oualid à Marrakech, l’objectif est de trouver les fonds nécessaires à la construction d’un nouveau centre socioéducatif et thérapeutique susceptible de répondre aux besoins grandissants des actuels bénéficiaires et de leurs familles. Mais aussi de pouvoir accueillir les 110 enfants sur liste d’attente.

    Trouver l’argent, c’est l’affaire de la présidente du comité de soutien, Annick Lashermes, résidente à Marrakech. Son réseau, elle le sollicite régulièrement tant les projets sont grands. «On m’appelle “10 idées à la minute”», plaisante-t-elle.

    Le Royal Mansour ouvre régulièrement ses portes aux enfants lors d’initiatives de levées de fonds. Decathlon inaugure son nouveau magasin à Marrakech en leur présence avec distribution d’équipements sportifs. L’aéroclub de Marrakech, via l’association “Les ailes du Petit Prince”, a offert des baptêmes de l’air.

    handicap_2_073.jpg

    Le sport est également en bonne place tout au long de l’année. Les plus passionnés participent d’ailleurs aux Jeux spécial olympic d’Ifrane où ils ont remporté 12 médailles en mai dernier, dont 5 en or et 5 en argent. Les athlètes de Trait d’union se sont ainsi classés premiers au niveau de la région Marrakech-Safi (Ph. Trait d'Union)

    Bref, beaucoup se mobilisent. Ces dernières semaines, les enfants ont profité de journées à la ferme, avec les chevaux, de cours de cuisine, de visites au centre Fiers et forts, ou encore d’un atelier bijoux animé par la femme du consul de France à Marrakech, Marie-Laurence Casenave.

    Le sport est également en bonne place tout au long de l’année. Les plus passionnés participent d’ailleurs aux Jeux spécial olympic d’Ifrane où ils ont remporté 12 médailles en mai dernier, dont 5 en or et 5 en argent. Les athlètes de Trait d’union se sont ainsi classés premiers au niveau de la région Marrakech-Safi.

    Tout cela n’est possible que grâce à une bonne volonté commune. Celle des enfants, de leurs parents toujours très impliqués, des encadrants et des donateurs. Le tout sous l’énergique direction de Saïd Arif, lui même en fauteuil. «Sa forte implication a révolutionné, depuis son arrivée, l’organisation et le fonctionnement du centre», confiait la présidente du comité de soutien dans l’édition n°4952 de L'Économiste.

    En avril prochain, le centre organise son premier déjeuner à l’école concocté par les enfants. A chaque fois, c’est l’occasion de mettre en lumière cette envie commune d’accompagner les bénéficiaires vers plus d’indépendance.

    Si les plus jeunes sont les cibles, «quelques-uns ont plus de 18 ans, mais restent avec nous à défaut de trouver une nouvelle structure pour les accueillir», explique Lashermes. Des grands besoins en effet mais essentiels.

    J.A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc