×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Modèle de développement agricole: Le pari continental de l'OCP

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5447 Le 06/02/2019 | Partager
    Créer un marché d’engrais soutenu pour une population grandissante
    La fertilité rationalisée des sols pour une agriculture résiliente, l'objectif
    Des campagnes d'accompagnement des fellahs tous azimuts
    culture_maicheres_047.jpg

    Les cultures maraîchères sont un moteur essentiel à l’économie nationale. Etalées sur 218.000 hectares, elles génèrent 9 milliards de DH/an de chiffre d'affaires et 60% des exportations agricoles du Maroc. Elles représentent également 25% de l’emploi dans le secteur agricole et 23% de la production agricole globale. D’où l’intérêt que lui porte le groupe OCP

    L’Apport du groupe OCP dans la concrétisation du Plan Maroc Vert (PMV) est déterminant. Recherche scientifique, plateformes de démonstration agricole, carte de fertilité des sols,… le groupe s’active sur tous les fronts. Il est en passe de devenir un acteur clé du modèle de développement agricole marocain et de la sécurité alimentaire à l’échelle continentale. L’Economiste revient sur les nouvelles missions du groupe qui le placent en pole position sur l’échiquier du développement agricole marocain et africain. Décryptage.
     
    ■ L’agriculture, un secteur national stratégique

    ocp_agricuture_1_047.jpg

    Un individu sur trois vivra en Afrique en 2050. À cette date, la population mondiale sera d’environ 10 milliards d’êtres humains. Pour répondre aux besoins alimentaires du continent et de la planète, la production agricole actuelle devra être doublée, et ce, même si la quantité d’eau et les superficies de terres arables resteront inchangées. En tant que leader mondial sur le marché du phosphate, le groupe OCP a le devoir de relever le défi de la sécurité alimentaire. Pour cela, une stratégie en deux temps: créer un marché d’engrais stable et soutenu, augmenter leur circulation et leur utilisation pour améliorer la production agricole et nourrir une population grandissante. Secundo, participer à l’édification d’une agriculture durable et résiliente en trouvant des solutions pour accroître le rendement des surfaces cultivées. Face aux menaces du changement climatique, la pénurie croissante d’eau, les quantités de terres arables limitées et la dégradation des terres, le groupe met ainsi toute son expertise et ses ressources au service d’engrais phosphatés adaptés qui aident à améliorer la fertilité des terres. Ces engrais jouent un rôle essentiel pour régénérer les sols, vidés de leurs éléments nutritifs par des pratiques agricoles intensives, et améliorer le rendement des cultures. Le groupe favorise en ce sens une fertilisation raisonnée, basée sur le principe de la juste dose d’engrais, au bon moment et au bon endroit.

    ■ Un programme agile et intégré

    ocp_agricuture_2_047.jpg

    L'OCP, à travers le programme «Al Moutmir» et sa déclinaison «Al Moutmir Li Khadamat Al Qorb», a mis en place un dispositif de proximité avec le fellah. «Centré sur l’agriculteur en tant que réel agent du changement, le programme s’appuie sur la démarche scientifique comme levier clé pour une agriculture prospère et durable», expliquent les dirigeants du groupe. Comme lors de sa première édition, «Al Moutmir Li Khadamat Al Qorb» est implémenté dans le cadre d’une démarche partenariale avec les différents acteurs de la filière agricole, notamment le ministère de l’Agriculture, le consortium scientifique national, les acteurs locaux ainsi que les partenaires fabricants-distributeurs et revendeurs d’engrais.

    ■ Cap sur les cultures maraîchères phares

    ocp_agricuture_3_047.jpg

    Dans la localité d’Agourai, et précisément à Sebt Hajhouj, où la 2e phase du dispositif itinérant «Al Moutmir Li Khadamat Al Qorb» a été lancée, trois cultures maraîchères phares sont concernées: la pomme de terre, la tomate et l’oignon. Pour ses initiateurs, cette 2e phase cible une trentaine de localités dans plusieurs provinces, notamment El Hajeb, Larache, Kenitra, Benslimane et Marrakech. Premier secteur agricole générateur de devises, les cultures maraîchères revêtent une grande importance socio-économique au Maroc, avec un poids social majeur pour un tissu de petits agriculteurs fragiles. Bien qu’elles ne représentent que 3% de la surface agricole utile (SAU), elles réalisent des performances de très haut niveau, contribuant à hauteur de 21% dans la production agricole globale, générant un quart des emplois de la filière et constituant 60% des exportations agricoles du pays. Les cultures maraîchères sont en plein essor avec une production en 2016-2017 de près de 7,6 millions de tonnes.

    ■ Actions sur le terrain et accompagnement personnalisé

    ocp_agricuture_4_047.jpg

    Des «villages OCP» s'installent dans les régions concernées durant 3 jours, afin de promouvoir auprès des agriculteurs la fertilisation raisonnée. Ce procédé se base sur une analyse du sol qui permettra de réaliser le «cocktail d’engrais» personnalisé, grâce à un «Smart blender». Il présente de nombreux avantages, principalement une réduction de la pollution des nappes phréatiques et une diminution des frais en engrais. Et permet d’atteindre des rendements à l’hectare sans commune mesure avec les scores réalisés par certains agriculteurs.
    Au lieu de rassembler les agriculteurs et de leurs expliquer à coups de diapositives dans un salon feutré les bienfaits du procédé, l’OCP préfère la pratique. L’agriculteur partenaire attribue un hectare de terrain aux techniciens de l’OCP, pour démonstration. Le fellah est encouragé à travailler selon sa méthode, très souvent empirique et héritée des traditions de la région. De son côté, l’ingénieur agronome de l’OCP analyse le sol et identifie les besoins exacts en fertilisants en prenant en compte la nature de la culture. Suite à cela, il détermine avec précision un mix de fertilisants adapté et personnalisé pour cette parcelle. «A la fin, l’agriculteur pourra constater la différence en matière de rendement et de qualité des récoltes», précise le groupe. Dans le cas des cultures maraîchères, cette façon de faire est d’autant plus nécessaire que les terres sont soumises à plusieurs cycles d’exploitation par an d’où une utilisation plus poussée d’engrais et de divers traitements.

    ■ Dispositifs itinérants et gratuits

    ocp_agricuture_5_047.jpg

    Des laboratoires itinérants effectuent gratuitement des analyses de sol et offrent une réactivité quasi-immédiate ainsi qu’une véritable vitrine sur les dernières technologies et innovations. Le dispositif «Al Moutmir» intègre également des plateformes de démonstration agricole qui visent à co-construire avec les agriculteurs des cas modèles de l’impact de la démarche scientifique et raisonnée sur l’augmentation de la productivité et la préservation des ressources. L’objectif étant de démontrer l’impact sur le terrain et de démultiplier l’effet sur les riverains à travers l’ouverture de ces plateformes aux différents acteurs de l’écosystème pour la formation et l’accompagnement. Plus de 2.000 parcelles de démonstration sont prévues dans le cadre de la campagne agricole 2018-2019 dont notamment 300 pour les cultures maraîchères
    Les agriculteurs sont aussi conseillés tout au long de la période d’exploitation, car le rendement est tributaire de chacune des étapes et parmi elles l’irrigation, la fertilisation, mais aussi le traitement contre les maladies et les nuisibles. L’objectif est d'acquérir les meilleures pratiques agricoles et adopter les solutions fertilisantes les plus adaptées à son sol et à sa culture».

    ocp_agriculture_continent_047.jpg

    Les premiers résultats sont très encourageants. «Alors que la moyenne du rendement en pommes de terre atteint par exemple les 30 tonnes par hectare, il est possible d’atteindre et de dépasser les 60 tonnes», selon les ingénieurs de l’OCP (Ph. Adam)

    Carte de fertilité des sols

    L'analyse des sols est un premier pas vers un développement agricole productif et durable. Fruit d’une collaboration entre le groupe OCP, le ministère de l’Agriculture et un consortium national (INRA, IAV Hassan II et ENA de Meknès), la carte de fertilité des sols marocains (CFSM) a été dévoilée en avril 2010 lors de la 5e édition du SIAM. Fournissant une base de données précieuses sur les sols, leurs caractéristiques et les ressources naturelles présentes dans chaque zone géographique, cette carte fonctionne avec l’appui d’un système interactif en ligne, qui analyse les données, les interprètes et livre des recommandations de fertilisation appropriées. Ainsi conseillés et orientés quant à l’exploitation de leur sol, avec une utilisation raisonnée de produits fertilisants, les petits agriculteurs sont en mesure de gagner en rendement et en productivité.

    Mobilisation des experts agronomes

    Dans le cadre de son programme Al Moutmir, le groupe OCP a constitué une équipe d’ingénieurs agronomes installée sur le terrain de manière permanente. Au total, 35 ingénieurs agronomes sont mobilisés au quotidien dans près de 35 provinces pour assurer la mise en œuvre du dispositif. Celui-ci repose sur le contact direct avec l’agriculteur afin de mieux comprendre ses besoins. Les ingénieurs animent des formations adaptées destinées à renforcer les capacités techniques et managériales des producteurs, et faciliter leur montée en compétence. Des ateliers d’échange sont également déployés à chaque étape du dispositif. Ces espaces offrent aux agriculteurs l’opportunité de témoigner directement avec les équipes du groupe et ses fabricants-distributeurs partenaires. En retour, les producteurs se voient expliquer les résultats des analyses de leurs sols et les formules de fertilisation recommandées. 

    Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc