×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Tanger: L’aérien gagne des places

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:5441 Le 29/01/2019 | Partager
    L'aéroport Ibn Batouta termine l’année avec 5% de croissance
    Les statistiques de Saniat Rmel à Tétouan continuent en revanche à dégringoler
    tanger-aerien-041.jpg

    La plateforme aéroportuaire de Tanger a réussi à attirer un bon nombre de compagnies avec des lignes desservant le sud de l’Europe et une bonne partie de villes en interne (Ph. Adam)

    La tendance de l’aérien se confirme à Tanger. En 2018, le secteur a assuré 4,97% de croissance par rapport à l’année précédente, soit un total de 1,13 million de passagers ayant transité par l’aéroport Ibn Batouta. Décembre, à lui seul, a dépassé toutes les expectatives avec une croissance de 20,12% par rapport à la même période en 2017.

    Tanger consolide ainsi sa place comme 5e plateforme aéroportuaire du pays avec 5% de part du trafic, suivant Casablanca, Marrakech, Agadir et Fès. En 2018, plusieurs liaisons supplémentaires ont été conclues dont l’une, très attendue, relie Tanger à Valence.

    Elle a été lancée, en octobre dernier, par Ryanair, compagnie aérienne low-cost qui assure aussi d'autres vols vers la France, l’Espagne, la Belgique, la Hollande et l’Allemagne en partance de Tanger. Elle a permis de doper avec deux fréquences hebdomadaires la route aérienne avec un marché à fort potentiel qu’est celui de la région autonome de Valence.

    Avec le lancement en parallèle de nouvelles lignes intérieures desservant Marrakech, Agadir, Nador et Fès à la suite d’accords de coopération inter-régionaux. Non loin de là, l’aéroport de Saniat Rmel de Tétouan continue sa dégringolade. En 2018, la 2e plateforme aérienne de la région a perdu 2.700 passagers, soit une baisse de 11%. En décembre, la plateforme aéroportuaire a affiché un recul de 31% par rapport à 2017.

    L’aéroport, à cause de l’étroitesse de sa piste, ne permet pas d’accueillir de gros porteurs et reste une alternative pour les compagnies charter qui l’utilisent en été avec les MRE.

    Une lueur d’espoir s’ouvre à lui avec le lancement prochain d’une connexion avec la ville de Malaga exploitée par la compagnie Ryanair. Elle cible le volume important de touristes espagnols voulant se rendre au Nord et qui seraient tentés par passer par Tétouan, mais aussi les MRE installés au sud de l’Espagne et qui pourraient regagner le Maroc sans devoir passer par la voie maritime et traverser le détroit de Gibraltar.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc