×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Mines: Regain d’intérêt du privé

    Par Nadia DREF | Edition N°:5436 Le 22/01/2019 | Partager
    Palmeraie Développement investira 1 milliard de DH dans le secteur
    Managem augmentera sa production de cuivre
    Les entreprises étrangères renforcent leur présence
    recherche_minieres_036.jpg

    Source: Ministère de l’Energie et des Mines
    Le sol marocain dispose d’une structure géologique variée qui renferme une variété de substances minérales telles que l'argent, le cuivre, le plomb, le zinc, la barytine, le flyorine, le cobalt, etc. La dernière découverte porte sur un grand gisement en iode 131. Désormais, le Maroc n’aura plus à importer ce matériau pour ses besoins industriels

    2018 a connu un certain regain d’intérêt pour le secteur minier. Plusieurs projets ont été annoncés et d’autres le seront prochainement. Parmi les faits marquants, l’entrée en course du groupe Palmeraie Développement. Dans le cadre de sa stratégie de diversification, le groupe de Berrada devra investir près de 1 milliard de DH dans plusieurs projets miniers.

    Sur ce total, l’opérateur devra injecter près de 200 millions de DH dans un site à Drâa-Tafilalet et la même enveloppe aux environs d’Oujda. «C’est rassurant de voir que de grands groupes privés nationaux commencent à s’intéresser au secteur minier, un domaine où les investissements sont lourds», se réjouit Aziz Rabbah, ministre de l’Energie et des Mines.

    Managem n’est pas en reste. Le groupe investira dans le secteur près d’un milliard de DH. Cette enveloppe sera répartie entre un grand site à Taroudant dédié au cuivre (projet de Tizert) et le renforement de l’activité de Akka Gold Mining (AGM). A travers ces chantiers, Managem vise à atteindre une production de 250.000 tonnes concentrées de cuivre d’ici 2020.

    Autre nouveauté, l’année 2019 connaîtra le lancement de la construction de la mine d’étain Achmmach. Le début de la production est prévu en 2020. Le projet Achmmach est détenu à 100% par Atlas Tin SAS dont les actionnaires sont Kasbah Resources (75%), Toyota Tsusho (20%) et Nittetsu Mining (5%).

    La hausse de la demande mondiale sur ce minerai est derrière l’accélération de ce processus. La mine, dont les réserves ont été revues à la hausse, devrait produire annuellement près de 4.500 tonnes dont 60% de concentré d’étain avec des taux de récupération globale de 77%.

    La durée de vie initiale de la mine est de 10 ans. Les réserves sont estimées à 58.000 tonnes d'étain, soit l’équivalent de 1,5% de la production mondiale. La mine d’Achmmach devrait assurer une production à faible coût à partir de site sûr et non conflictuel, ce qui la positionne bien au niveau mondial.

    Le groupe canadien Maya Gold & Silver Inc. vise à se renforcer davantage dans le secteur. Début janvier, la société a entamé la production commerciale au sein de son projet phare de Zgounder. Au cours d'une période de 28 jours, un total de 4.622 tonnes de minerai avec une teneur moyenne en argent de 157g/t a été traité. La récupération globale de l'argent a atteint 80,3%, ce qui est supérieur aux attentes pour la phase de test.

    Maya Gold & Silver mène actuellement des activités d'extraction et de concentration dans sa mine de Zgounder, une participation partagée à 85% -15% entre sa filiale ZMSM et l'Onhym. Son portefeuille englobe également le gisement polymétallique Boumadine, situé dans les montagnes de l'Anti-Atlas (Oriental) toujours en partenariat avec l’Onhym.

    Le portefeuille de la société comprend également les propriétés Amizmiz et Azegour, toutes deux détenues à 100%, avec des gisements d'or, de tungstène, de molybdène et de cuivre couvrant plus de 100 kilomètres carrés dans un district minier historique.

    Outre l’exploration et l’extraction, les investisseurs sont également attirés par le mix énergie/mines. Les entreprises qui développent des cavités de sel veulent convertir les mines abandonnées en sites de stockage d’énergie. Un système qui a déjà fait ses preuves à l’international.

    Autre niche à explorer: la valorisation des déchets miniers. Un grand gisement est disponible pour les entreprises qui expriment de plus en plus leur intérêt pour cette filière. Le ministère de tutelle vient de lancer une étude pour mettre en place une filière de recyclage. Plusieurs pistes sont envisageables. Certains déchets peuvent être revalorisés en tant que minerais tandis que d’autres pourront servir dans les chantiers de travaux publics.

    Roches et minéraux industriels

    L’exploration tactique pour les roches et minéraux industriels en 2018 a concerné plusieurs réalisations:
    - Cession du projet de magnésite de Boukek-Khemis (Province de Chefchaouen) à la société espagnole Inversiones Monte Olimpo;
    - Recherche de la bentonite dans le secteur d’Ouled Mansour et Hajrat Ali dans la province de Nador, dans le cadre de la convention avec Tolsa;
    - Compilation des données et études des sondages du gisement de potasse de Khémisset dans le cadre de la convention avec l’OCP;
    - Recherche des sables siliceux dans la région de Toulal dans la province de Meknès;
    - Recherche des argiles dans la région de Jbel Kharrou dans la province de Rehamna;
    - Recherche des dolomies industrielles dans la dorsale calcaire du Rif occidental;
    - Recherche des micas et béryls à Taznakht dans la province d’Ouarzazate, des sables siliceux à Ouazzane, des olivines dans le massif ultrabasique de Beni Bouizra et du lithium dans le bassin tertiaire de Missour.

    Nadia DREF

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc