×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Le Portugal séduit par les nouvelles routes de la soie

    Par L'Economiste | Edition N°:5406 Le 06/12/2018 | Partager
    Lisbonne s'engage à coopérer avec la Chine
    Près de 17 accords de coopération bilatérale signés
    chine_portugal_006.jpg

    La visite d'Etat au Portugal du président chinois Xi Jinping a débouché sur la signature de plusieurs accords. Il a donné une conférence en présence du Premier ministre portugais Antonio Costa (à droite) (Ph. AFP)

    Le gouvernement portugais s'est engagé, mercredi 5 décembre 2018, à coopérer avec la Chine dans le cadre des nouvelles routes de la soie. La visite d'Etat au Portugal du président chinois Xi Jinping a débouché sur la signature de 17 accords de coopération bilatérale, dont un portant sur l'initiative des routes de la soie (qui offre des opportunités aussi pour le Maroc). Il s’agit de l’ensemble de projets d'investissements en infrastructures censés relier l'Asie, l'Afrique et l'Europe.

    Le mémorandum d'entente signé couvre une vaste gamme de secteurs, concernant en particulier la connectivité et la mobilité électriques, a tenu à souligner le gouvernement portugais. Le Premier ministre portugais Antonio Costa avait annoncé récemment son intention de signer un accord avec les autorités chinoises en vue de l'intégration du port de Sines (sud-ouest) aux nouvelles routes de la soie. Mercredi, il s'est limité à souligner l'importance du rôle stratégique du Portugal dans l'articulation des routes de la soie avec l'ensemble des connexions entre l'Europe et l'Asie.

    Le projet des nouvelles routes de la soie divise les Européens. Certains s'y sont associés, comme la Grèce et plusieurs pays d'Europe de l'Est, tandis que d'autres craignent de voir le régime communiste étendre son influence politique vers l'ouest.

    Le Portugal lui apporte ainsi un soutien mitigé, à l'instar de l'Espagne voisine, qui avait reçu la visite du président Xi la semaine dernière. Refusant de signer un mémorandum d'entente sur ces nouvelles routes de la soie, le gouvernement de Madrid avait dit préférer travailler dans le cadre de l'initiative de connectivité avec l'Asie, lancée par l'UE mais s'est dans le même temps engagé à identifier des synergies entre les deux projets.

    Frappé de plein fouet par la crise de la dette de la zone euro en 2011, le Portugal a depuis reçu d'importants investissements chinois. Lesquels ont pris une place importante dans des entreprises stratégiques des secteurs de l'énergie électrique, de la banque et des assurances.

    Plusieurs autres accords ont été scellés mercredi. L'opérateur de télécommunications portugais MEO, filiale du groupe Altice, et le fabricant de téléphones portables chinois Huawei se sont engagés à coopérer afin d'accélérer le développement du réseau 5G au Portugal.

    F. Z. T. avec agences

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc