Culture

Dialogue des cultures: Une question politique de premier ordre

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5349 Le 13/09/2018 | Partager
Besoin d’une «action collective à toute remise en cause de nos valeurs», le message du Roi
Encourager l’éducation à la paix et à la tolérance
jean-marie-gustave-le-clezio-049.jpg

Jean-Marie Gustave Le Clézio (au centre) est l’invité de marque de la 2econférence internationale sur le dialogue des cultures. Il a gratifié les participants d’une communication sur le dialogue entre les hommes. «Il faut saluer ces traductions et ces langues qui permettent aux humains de communiquer, se rencontrer et se faire connaître», dit le prix Nobel de littérature 2008 (Ph. YSA)

«Poser les jalons pour la mise en œuvre effective du Processus de Fès». Ceci pour «promouvoir les valeurs de tolérance, de respect et d’interaction positive entre les religions, les peuples et les civilisations». C’est l’une des recommandations phares du message adressé par SM le Roi aux participants à la 2e Conférence internationale sur le dialogue des cultures et des religions (1), organisée à Fès du 10 au 12 septembre 2018.

Le message royal, lu par le ministre d’Etat en charge des Droits de l’Homme, Mustapha Ramid, a fait l’unanimité au congrès placé sous le thème «l’Altérité en questions». Le Souverain y a recommandé «une réaction vigoureuse et collective à toute remise en cause de nos valeurs et de nos repères, au repli identitaire, au fanatisme, à la xénophobie, à l’extrémisme, à l’intolérance et à toutes formes de discrimination».

Pour être efficace, l’action commune doit être «permanente, globale et flexible». «La volonté individuelle est nécessaire, mais insuffisante. Seule la volonté collective qui unit les efforts des gouvernements, de la société civile, des médias, des académiciens et des citoyens est en mesure de faire face aux vagues de repli et d’extrémisme intellectuel», souligne le Roi. En effet, le dialogue des cultures et des religions n’est pas un concept abstrait qui «relève du luxe intellectuel».

Plus qu’une volonté, «c’est une démarche qui tire sa véritable signification d’une foi profonde, et qui exige un engagement ferme, un travail sérieux, des actes et non seulement des paroles». Pour y arriver, il faut asseoir les fondements solides d’un rayonnement culturel et intellectuel, et d’une culture du dialogue et de la coexistence. Il faut aussi aider, par le dialogue, les pouvoirs religieux et les pouvoirs politiques à emprunter le chemin du Bien commun.

A ce propos, Jean-Marie Gustave Le Clézio préconise d’abord «un dialogue entre les personnes». Pour le Prix Nobel de littérature 2008, «il faut saluer ces traductions et ces langues qui permettent aux humains de communiquer, se rencontrer et se faire connaître».

mustapha-ramid-049.jpg

Lu par Mustapha Ramid, le message royal a appelé les participants à «une réaction vigoureuse et collective contre toute remise en cause de nos valeurs et de nos repères, contre le repli identitaire, le fanatisme, la xénophobie, l’extrémisme, l’intolérance et toutes formes de discrimination» (Ph. YSA)

Toutefois, le processus risque d’être beaucoup plus complexe. En ce sens, le dialogue des cultures doit être basé sur l’éducation à la paix et à la tolérance. C’est une nécessité pour le monde d’aujourd’hui, en proie à la radicalisation et au populisme, nourris par les préjugés et la manipulation identitaire.

«A la montée de l’extrémisme violent et de la radicalisation qui ébranlent les institutions de nos sociétés, s’ajoutent la montée du repli sur soi et les conflits identitaires. Il y a une tendance grandissante au protectionnisme. Cette recherche effrénée de l’hégémonie met à mal le multilatéralisme, le dialogue et l’échange», déplore Adama Ouane, administrateur de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Du même avis, Abdulaziz Othman Altwaijri, directeur général de l’Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (ISESCO), a noté que «le dialogue est une question politique de premier ordre, dans le sens rationnel de la politique qui s’édifie de l’entente et de la paix, surmonte les conflits et jette les bases de la coexistence humaine créative».

Pour y remédier, la fédération de tous les efforts, et sur tous les plans, est primordiale. «Il faut promouvoir les valeurs de dialogue culturel, civilisationnel et religieux, approfondir ces concepts et renforcer leurs bases, pour qu’elles sous-tendent à la paix mondiale», conclut Altwaijri.

Un «think tank» pour  le dialogue des cultures

Lors de cette conférence, Mostapha Bousmina a proposé la création d’un «think tank» pour le dialogue des cultures et des religions, à l’initiative de l’Université Euromed de Fès (UEMF). «Notre université est prête à prendre ses responsabilités dans le domaine académique et serait ravie de créer, bien entendu avec l’aide de l’OIF, de l’ISESCO et d’autres partenaires, un observatoire et un think tank sur le dialogue des cultures et des religions, car ceci est inscrit dans son ADN», argue-t-il.

Discours de haine dans les médias: La HACA lance une étude

Que du concret dans l’atelier sur «la médiation et la médiatisation: propagande ou plaidoyer? Le cas des discours de haine». Animé par Faouzi Skali, docteur en anthropologie et conseiller à la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), cette rencontre était l’occasion de présenter l’expertise de la HACA dans la lutte contre les discours de la haine dans les médias. Devant d’éminents participants, à l’instar des journalistes et analystes politiques, Abdou Hafidi et Mustapha Tossa, Skali a présenté le baromètre de l’évaluation du discours de discrimination et de haine. Un modèle qui a suscité un immense intérêt auprès des participants africains. «La HACA dispose d’un outil opérationnel d’évaluation. En six mois, notre régulateur a travaillé et évalué plus de 6.000 heures de radios et d’émissions interactives. Nous disposons désormais d’une véritable étude d’évaluation et nous encourageons l’adoption d’un processus qui permet d’abolir les discours de haine», a conclu Skali.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc