×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    Rentrée politique: L’Istiqlal tacle le gouvernement

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5346 Le 07/09/2018 | Partager
    Le gouvernement appelé à revoir les priorités de son programme
    Les chiffres de la stratégie d’emploi remis en cause
    Urgence d’un programme pédagogique de sensibilisation au service militaire obligatoire
    rentree-politique-parlement-046.jpg

    Premier tour d’échauffement pour les partis de l’opposition à quelques semaines de la rentrée parlementaire. L’Istiqlal promet de tenir la dragée haute au gouvernement, notamment dans le cadre de la discussion de certains projets de loi stratégiques, programmés pour cette session, comme celui sur le service militaire ou celui sur la réforme de l’enseignement (Ph. Bziouat)

    A quelques semaines de la rentrée parlementaire, les partis de l’opposition affûtent leurs armes. C’est le cas notamment de l’Istiqlal, qui vient de tenir une réunion de son comité exécutif. Le parti de Nizar Baraka a critiqué «l’hésitation du gouvernement à lancer des politiques intégrées permettant de redynamiser plusieurs secteurs».

    En tête, l’emploi des jeunes. L’état major du PI tacle le gouvernement de Saâdeddine El Othmani concernant les objectifs de la stratégie nationale d’emploi. Cette formation a remis en cause, une nouvelle fois, la crédibilité des chiffres contenus dans ce plan, les jugeant «irréalistes».

    D’où l’importance, selon ce parti, de se pencher sur l’élaboration de nouvelles initiatives pour la promotion de l’emploi, notamment dans le cadre de la Rencontre nationale, devant se tenir avant la fin de l’année, en vertu des orientations royales. Selon les dirigeants de l’Istiqlal, le gouvernement est aussi appelé à «renouveler les priorités et les objectifs de son programme».

    L’idée est d’être en phase avec les priorités sociales fixées par le Souverain, et avec les nouvelles attentes des citoyens et des opérateurs économiques.

    Autre sujet prioritaire de la rentrée, pour l’Istiqlal, l’examen du projet de loi sur le service militaire obligatoire, transféré au Parlement, suite à son adoption en Conseil des ministres. Le PI appelle à lancer, en urgence, un programme de sensibilisation et de vulgarisation des dispositions de ce texte. L’idée est d’opter pour une démarche pédagogique, permettant de «dépasser la perception négative du service militaire, considéré comme un outil disciplinaire et de sanction, freinant l’esprit des initiatives chez les jeunes».

    Le service militaire obligatoire, déjà appliqué pendant plusieurs années au Maroc, avait «favorisé la formation des jeunes, leur intégration, et leur participation dans des travaux d’intérêt général». Le parti de la balance propose d’introduire de nouvelles formes de services sociaux et d’intérêt général, dans le cadre de l’examen du projet de loi dans les deux Chambres du Parlement.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc