Eco-Consom

Mondial Russie: La bataille cathodique beIN/BeoutQ

Par Omar KETTANI | Edition N°:5282 Le 29/05/2018 | Partager
Un «hold up» sur les droits de retransmission qui coûte cher à la firme qatarie
17% de pertes déjà enregistrées
modial-russie-2018.jpg

Pour contrer le piratage de ses chaînes et répondre à la demande croissante d’une clientèle aux quatre coins du monde, la firme qatarie beIN offre exceptionnellement cette fois-ci la possibilité de suivre gratuitement les matchs des pays arabes participant au Mondial (Ph. AFP)

L’Arabie Saoudite a lancé une offensive sans précédent pour la retransmission de la Coupe du monde 2018 qui se tient en Russie. Pour la circonstance, une entreprise saoudienne baptisée BeoutQ a décidé de pirater les chaînes du groupe qatari beIN.

Développé en Chine, le récepteur saoudien BeOut est commercialisé à partir de 500 DH. Objectif de cette attaque: arrêter, à la veille du Mondial, le monopole exercé par le géant qatari basé à Doha en diffusant gratuitement l’intégralité de la compétition footballistique dans les pays du monde arabe par le biais du satellite ArabSat.

Face à cette offensive cathodique aux relents politiques, beIN a décidé de réagir en retransmettant gratuitement 22 matchs des pays arabes engagés dans la compétition. Parmi eux, le Maroc, l’Egypte, la Tunisie et l’Arabie Saoudite. Ce pillage d’un tout nouveau genre intervient dans un contexte alimenté par un appel au boycott pour contrer l’omniprésence des produits qataris. Et vice versa, les Qataris boycottent les produits manufacturés en Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis.

Si beIN exerce un contrôle sans précédent dans le cadre de la diffusion intégrale des compétitions sportives mondiales en fixant des droits de diffusion à des montants exorbitants, faisant du géant qatari le numéro 1 mondial en matière de recettes, de nouveaux moyens permettent de contourner l’abonnement au bouquet beIN et de les regarder gratuitement.

Parmi eux, la technologie IPTV qui permet d’avoir accès à l’ensemble des chaînes gratuitement à l’aide d’une connexion Internet.  Ce dispositif de visionnage, disponible dans tout le Royaume, se caractérise par un large éventail de chaînes et ne nécessite pas de parabole.

Il regroupe entre autres l’ensemble des chaînes françaises, arabes, moyen-orientales, anglaises ou encore espagnoles en les référençant dans les favoris par catégorie (sport, cinéma), et par pays. Ainsi, les téléspectateurs peuvent avoir accès à toutes les chaînes cryptées ou non en se dotant d’un récepteur IPTV d’un montant de 500 DH. Pour ceux qui ont des problèmes de connexion, ils pourront basculer vers le bouquet Canalsat pour suivre les matchs de leur choix.

Pour rappel, l’offensive BeOut (dont l’appellation vient contrer littéralement l’offre qatarie, beIN) est menée de main de maître par l’entreprise saoudienne beoutQ, qui a été fondée durant l’été 2017. L’offre saoudienne a déjà causé des dégâts sans précédent à la firme qatarie.

Selon Tom Keaveny, directeur de beIN au Moyen-Orient: «le titan de l’Emirat du Qatar n’a pas affaire à des pirates novices, mais bien à une organisation très sophistiquée et très bien financée». Le groupe présidé par Nasser Al Khelaifi a d’ailleurs perdu 17% d’abonnés. Cette perte chiffrée en plusieurs millions de dollars a contraint la compagnie beIN Medias à intenter une action en justice mais en vain.

Selon Sophie Jordan, directrice juridique de l’entreprise: «Aucun des dix cabinets d’avocats contactés en Arabie saoudite n’a accepté de prendre le dossier». C’est dire la véritable crise que vit beIN dans cette affaire. 

Rappelons que BeoutQ s’est fait connaître en diffusant de manière illégale les chaînes sportives sur le net. Depuis, l’entreprise a développé son expertise en proposant des récepteurs fabriqués dans l’Empire du milieu. Quoique performants, ces derniers ont néanmoins un décalage de 8 secondes par rapport au canal original.

En plus du kit saoudien, il y a de nombreuses plateformes de streaming qui offrent la possibilité aux visiteurs du web de visionner les chaînes sportives en ligne.

Au Maroc, où la messe du football mondial est attendue en grande pompe, la Société nationale de radio et télévision (SNRT) a obtenu les droits de diffusion sur ses chaînes hertziennes. Notons que les gérants de cafés s’activent pour offrir les meilleures conditions  derrière l’écran.

La participation tant attendue des Lions de l’Atlas au Mondial, après 20 ans de non-qualification, donne des idées aux ménages pour pouvoir regarder les matchs.

Où regarder les matchs…

Rendez-vous incontournable pour tous les amateurs du ballon rond, la Coupe du Monde représente la manifestation footballistique par excellence. Pour répondre à une demande croissante, les chaînes sportives mènent un combat musclé pour diffuser les 64 rencontres de la compétition. Les supporters marocains pourront ainsi voir leurs affiches favorites dans de nombreuses chaînes: ZDF, TF1, ou encore sur la SNRT. Les cafés diffuseront également les matchs de la compétition à l’image entre autres de Sport and Food et la table des sens. Le bouquet IPTV permettra à ses bénéficiaires de regarder les matchs en direct à travers une large panoplie de chaînes. Aussi, de nombreuses plateformes de streaming en ligne offrent-elles la possibilité de suivre les rencontres footballistiques en ligne. Parmi elles, figurent yalla-shoot.com et kooora2day.com.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc