International

Airbus: Coupes drastiques dans les effectifs

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5226 Le 09/03/2018 | Partager
3.700 postes supprimés à compter de 2020
L’Allemagne paie le plus lourd tribut avec 1.900 postes

Les salariés d’Airbus vivent désormais au rythme des ajustements d’effectifs quasi-permanents. A partir de 2020, le management de l’avionneur prévoit une baisse de cadence de production de l’A380 et de l’Airbus militaire A400M. Sa direction l’a indiqué aux représentants des salariés, le 7 mars. A compter de cette date, l’avionneur table sur une production de 6 unités d’A380 Superjumbo/an contre 12 unités en 2018 et 8 en 2019.

Quant à l’Airbus militaire A400M, 8 unités/an seront assemblées à partir de 2020, contre 15 en 2018 et 11 en 2019. «Pour l’heure, nous estimons que ces mesures affecteront au maximum 3.700 postes en France, Allemagne, Grande-Bretagne et Espagne», explique le management du groupe. Selon le premier syndicat du groupe, 470 postes sont concernés en France, 450 au Royaume-Uni, 850 en Espagne et 1.900 en Allemagne.

Mais si l’avionneur enregistre une ou plusieurs commandes importantes d’A380 en 2019, le groupe pourrait enclencher une remontée en cadence. Ces suppressions de postes sont liées à la nature de l’activité.

En effet, l’avionneur «développe des programmes civils et militaires à cycles de vies plus ou moins courts. Il est amené en permanence à monter ou baisser les effectifs en fonction des évolutions», explique Guillaume Faury, président d’Airbus Aviation commerciale. L’impact social des baisses de cadence de production de l’avionneur se traduira par des coupes drastiques des effectifs d’ouvriers spécialisés, techniciens et ingénieurs programmes.

«Nous supprimons des postes et non des emplois. A aucun moment, il n’a été question de licenciement sec. Pour l’instant, il est question de suppressions de postes», nuance le management. Pour atténuer l’impact de ces aléas, le groupe compte utiliser plusieurs leviers, notamment, le non-remplacement des départs à la retraite, la réduction du nombre de salariés en intérim et le redéploiement des postes sur les programmes les plus dynamiques.

Les programmes qui montent en puissance sont: le A350, qui sera produit à 10 unités/mois d’ici fin 2018, le A320 dont la cadence atteindra 60 avions/mois à fin 2019. Pour accompagner ses programmes, l’avionneur continue les recrutements. En 2017, 4.000 collaborateurs ont rejoint le groupe.

Le constructeur revendique un taux de mobilité interne d’environ 12%, concernant plus de 129.000 collaborateurs/an. Près de 5.000 de ses collaborateurs auront été concernés par les ajustements d’effectifs entre 2017 et 2020.

40 commandes et 38 livraisons en février

Airbus a enregistré des commandes pour 40 appareils en février, répartis entre l'A380 et la famille A320. Le groupe a livré 38 avions au cours du mois à 25 clients de sa famille A320, ainsi que des A330 et A350 XWB dont la première version A350-1000. En tête des commandes celle d'Emirates pour 20 A380. Les livraisons de ces A380 de dernière génération à Emirates commenceront dès 2020, assurant un taux de production de 6 avions/an au cours des 10 prochaines années. L'autre transaction en février concernait 20 avions de ligne A320neo pour un client dont le nom n’a pas été communiqué. Compte tenu des réservations et annulations, les commandes nettes enregistrées par Airbus au cours des deux premiers mois de l'année 2018 se totalisent à 43 appareils.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc