×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Développement durable: Reconnaissance mondiale des efforts consentis

    Par Nadia DREF | Edition N°:5204 Le 07/02/2018 | Partager
    Le Maroc devance les pays de la région Mena hormis le Qatar

    L’effet COP22 booste encore les performances du Maroc dans le domaine du développement durable. Le Royaume a été classé à la 54e place par le dernier rapport publié en 2018 par les universités américaines de Yale et de Columbia, en partenariat avec le Forum économique mondial sur une liste de 180 pays, devançant ainsi tous les pays de la région Mena à l’exception du Qatar.

    Elaboré tous les deux ans, ce baromètre se base sur 22 indicateurs dont l’accès à l’eau potable, l’assainissement, la pollution intérieure, la protection des régions sauvages, l’exploitation forestière, l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables et les émissions de CO2.

    Le Maroc doit ses avancées aux  efforts soutenus sur le plan gouvernance, technique, réglementaire... Citons à titre d’exemple, l’adoption de la loi cadre portant Charte nationale de l’environnement et du développement durable ainsi que l’élaboration d’une stratégie nationale de développement durable (SNDD).

    Cette dernière, adoptée en juin dernier en Conseil des ministres, fixe les grandes orientations et le cadre stratégique au sein duquel les politiques, les plans et les programmes sectoriels doivent être définis dans une perspective de développement durable.

    D’autres programmes ont été applaudis par ce rapport notamment ceux de l’assainissement liquide et d’épuration des eaux usées (PNA), des déchets ménagers (PNDM), de valorisation des déchets (PNVD), de lutte contre la pollution industrielle ou encore le programme national de l’air.

    Pour accompagner ces plans, le Maroc a mis en place des instruments économiques et financiers dont le Fonds national de l’environnement et du développement durable (FNE), le Fonds de dépollution industrielle (FODEP) et le Mécanisme volontaire de dépollution industrielle hydrique (MVDIH).

    Par ailleurs, un dispositif de prévention et de veille environnementale a été mis en place. Il tourne autour du renforcement des outils de suivi, d’évaluation et de prévention, dont le laboratoire national des études et de surveillance de la pollution, les observatoires de l’environnement, la police de l’environnement…

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc