×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

De bonnes sources

De Bonnes Sources

Par L'Economiste | Edition N°:4925 Le 27/12/2016 | Partager

• Samir: L’ordonnance de mise en vente prête
La Cour d’appel de commerce de Casablanca va incessamment rendre son ordonnance de mise en vente de la Samir. Basée à Mohammédia, l’unique raffinerie du Maroc est en liquidation judiciaire. La décision de justice  est très attendue dans la mesure où elle fixe un prix de départ pour les éventuels repreneurs. Une manifestation d’intérêt devra suivre. Ordre sera ainsi donné au liquidateur, Mohammed El Krimi, pour accomplir les formalités nécessaires. La mise en vente devra faire l’objet d’une large publicité. Le syndic judiciaire devra également communiquer le bilan des actions entreprises par ses soins depuis sa nomination par la justice. C’est d’ailleurs dans ce cadre que des expertises ont été diligentées pour l’évaluation de la Samir. F.F.

• Les avions exonérés de TVA à l’import
En 2016, l’exonération de TVA avait été réservée uniquement aux avions d’une capacité supérieure à 100 places, ainsi qu’au matériel et aux pièces de rechange destinés à la réparation de ces appareils. A partir du 1er janvier 2017, tous les aéronefs, quelle que soit leur capacité, bénéficieront des mêmes avantages pourvu qu’ils soient réservés au transport international. H.E.

• Les petites levées du Trésor sur le domestique se maintiennent  
Le Trésor maintient le même niveau de levées sur le marché domestique. Pour cette troisième séance d’adjudication de décembre, un milliard de DH a été desservi, soit le même montant que la semaine passée. En face, la demande s’est élevée à plus de 3,8 milliards de DH. Contrairement à la séance précédence, cette levée n’a porté que sur une seule maturité court terme (52 semaines). Le règlement des bons est intervenu lundi. M.A.B.

• VW Maroc dépasse la barre des 10.000 ventes
Objectif atteint pour Volkswagen Maroc. Comme nous l’annoncions dans notre édition du 16 décembre, la marque qui est représentée au Maroc par Centrale Automobile Chérifienne (CAC) est parvenue pour la première fois de son histoire à franchir la barre de 10.000 unités vendues en une année. VW Maroc réalise à ce jour une progression de 82% en 2016. M.A.B.     

• Elections partielles à la Chambre des conseillers
Des élections partielles seront organisées, jeudi 23 février, à la Chambre des conseillers pour le pourvoi d’un siège au niveau du collège des Chambres d’artisanat pour la région Casablanca-Settat-Khénifra-Beni Mellal. Elles interviennent après l’invalidation de l’élection de Abdessalam Slaoui par le Conseil constitutionnel. H.E.

• Risques macroéconomiques: Rien n'a changé!
«Les risques macroéconomiques se sont globalement maintenus au même niveau qu'en 2015». C'est l'une des conclusions des trois régulateurs (BAM, ACAPS et AMMC) et de la Direction du Trésor et des Finances extérieures après leur dernière réunion (comité de coordination et de surveillance des risques systémiques).  Sur le plan monétaire et financier, la détente des taux d'intérêt n'a pas permis de relancer l'investissement privé. En outre, les impayés des entreprises continuent de progresser. Pour les banques, «l'environnement de taux bas constitue une zone d'attention qui requiert un suivi rapproché», relève le comité. Celui-ci a également passé en revue la situation de certaines grandes entreprises présentant des difficultés financières. F.Fa  

• Gdim Izik: Un premier report au 23 janvier
L’audience des accusés dans l’assassinat des éléments des forces de l’ordre à Gdim Izik s’est soldée par un report au 23 janvier prochain. Cette décision est intervenue afin de permettre aux avocats de préparer leurs dossiers et finaliser certaines formalités. A l’extérieur de la Cour d’appel à Salé, les autorités ont mis en place un dispositif sécuritaire renforcé pour éviter une montée de la tension entre les familles des victimes et des accusés, venues nombreuses pour assister au procès. M.A.M.

• Mauritanie: Mezouar recadre sévèrement Chabat
Les propos tenus par Hamid Chabat, secrétaire général de l’Istiqlal, concernant la Mauritanie continuent de faire des vagues. Au point que Salaheddine Mezouar, ministre des Affaires étrangères, ait sorti un communiqué officiel. Le ministère des Affaires étrangères a qualifié les déclarations de Chabat de «dangereuses et irresponsables», qui manquent «de retenue et de maturité», et les «rejette vigoureusement». Pour ce département, cela traduit une «méconnaissance profonde des orientations de la diplomatie marocaine». Rabat «déclare officiellement son respect total des frontières connues et reconnues de la Mauritanie». M.A.M.  
• Un secrétariat général pour l’OFPPT
En 2017, l’OFPPT compte créer un secrétariat général. La mesure a été entérinée par son conseil d’administration, tenu jeudi dernier. Il devra donc bientôt recruter un SG. Pour rappel, l’Office a récemment recruté un directeur de la communication, après s’être longtemps contenté d’un simple service. A.Na

• Un premier Career Center pour l’OFPPT
L’OFPPT vient de mettre en place son premier Career Center dans la région de Casablanca-Settat, réalisé avec le soutien de l’Usaid. Le centre en question sera inauguré aujourd’hui en présence, entre autres, du ministre de l’Education nationale, Rachid Benmokhtar Benabdellah. Il s’agira d’un espace de rencontre et d’échange entre les jeunes et les acteurs du marché du travail. Objectif: réussir l’entrée des stagiaires dans le monde du travail. Les jeunes bénéficiaires pourront également prendre part à des ateliers de préparation à l’emploi ou encore à des formations en soft skills. K.A.

• Migrants: Accès à l’emploi formel en demi-teinte
Sur les 25.000 migrants régularisés lors de la première vague, le ministère de l’Emploi n’a visé qu’une cinquantaine de contrats de travail, indique Naima Tchich, chef de division de l'emploi des migrants au sein du ministère de l’Emploi et des Affaires sociales. Malgré les mesures pour faciliter leur accès au marché du travail, les demandes de visa de contrat de travail d'étranger n’ont pas atteint les chiffres escomptés. Les migrants qui ont été régularisés en premier sont dispensés de présenter des références professionnelles ainsi que l’attestation d’activité Anapec, un contrat de travail signé et légalisé par l’employeur étant suffisant. R.B.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc