×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Deutsche Bank et Crédit Suisse épinglés par Lex Americana

Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:4925 Le 27/12/2016 | Partager
Le fisc américain fait plier les deux multinationales en raison des subprimes
Les amendes se chiffrent à plusieurs milliards de dollars
Les Etats-Unis endossent le rôle de gendarme mondial
deutsche_bank_et_credit_suisse_025.jpg

Pour avoir vendu des crédits immobiliers «subprimes», Deutsche Bank et Crédit Suisse vont devoir s’acquitter respectivement de 7,2 et 5,3 milliards de dollars pour éviter des poursuites et un procès aux Etats-Unis (Ph. DR)

Que ce soit sur leur sol ou à l’étranger, les Etats-Unis multiplient les amendes à l’encontre des grandes multinationales bancaires. C’est notamment le cas de la Deutsche Bank et du Crédit Suisse qui viennent de se faire infliger par la Lex Americana (le fisc américain) d’énormes pénalités pour avoir vendu des crédits immobiliers «subprimes» à l'origine de la crise financière de 2008-2009. Si la première devra débourser 7,2 milliards de dollars, la seconde s’acquittera de 5,3 milliards pour solder les poursuites et échapper à un procès aux Etats-Unis. Les banques américaines ne sont pas en reste. JPMorgan Chase, Citigroup, Morgan Stanley et Bank of America ont payé un montant cumulé de 40 milliards de dollars pour solder des poursuites liées à ces produits toxiques. Les Etats-Unis veulent ainsi montrer leur intransigeance et leur fermeté pour réguler le monde des affaires face à l’inertie en Europe. D’ailleurs, de telles amendes sont quasiment impossibles à prononcer.  Les pays européens n'osent pas s'attaquer à leurs champions nationaux. Le Royaume-Uni avait déjà imposé des sanctions conséquentes pour le scandale de la manipulation du taux Libor.
Il faut dire que le cadre légal aux Etats-Unis fait toutefois la différence. Contrairement à l’Europe, les Etats-Unis ont la possibilité d'étendre leur bras judiciaire bien au-delà de leurs frontières. Justement, les autorités américaines ont tout récemment infligé des pénalités de 2,6 milliards de dollars à Odebrecht, géant brésilien du BTP, et d'un demi-milliard à Teva, numéro un mondial des médicaments génériques, pour des faits de corruption sans lien direct avec les Etats-Unis qui disposent de la loi FCPA (Foreign Corrupt Practices Act) unique au monde, qui permet de traquer les malversations d'une entreprise dès lors qu'elle est cotée à Wall Street ou que ses transactions transitent par le circuit financier américain. C’est ainsi que le pays de l’oncle Sam se prévaut du rôle de gendarme anti-corruption mondial.
Autre preuve de la suprématie américaine pour faire plier les grands groupes mondiaux, le scandale des moteurs truqués de Volkswagen qui l’a obligé à s’engager à débourser plus de 15 milliards, pour indemniser les automobilistes et réparer les dommages causés à l'environnement. Si, en Europe, des enquêtes contre VW ont été ouvertes, les amendes ne  devraient pas être aussi spectaculaires.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc