×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Ambulant

    Par L'Economiste| Edition N°:1440 Le 20/01/2003 | Partager

    Jeunes chômeurs, ils ont créé leur entreprise, mais les autorités les pourchassent, avec plus d'insistance ces derniers temps. Ce sont les marchands ambulants. Bons citoyens, ils payent des impôts, directement, à des milliers de fonctionnaires qui ferment l'oeil. Une vraie redistribution qui évite les tracas des circuits budgétaires. La moindre charette de fruits paye 50 DH par jour en pots-de-vin, soit 17.500 DH par an. Combien de commerçants officiels en payent autant en patente ou IGR? Car là est le prétexte. Les boutiquiers réclament l'égalité devant l'impôt, la lutte contre l'informel. Le principe est juste. Mais ceux qui payent beaucoup au noir ne demandent pas mieux qu'à payer moins officiellement. Quant au local, ce n'est pas qu'ils le refusent, c'est qu'il y en a peu, et qu'il est trop cher. Une boutique dans nos grandes villes coûte le prix d'une petite usine en Europe. Et le responsable est l'Etat qui a failli dans sa politique foncière, et contre la spéculation. Dans l'immobilier, il n'y a plus que des rentiers. N'est pas commerçant celui qui a la bosse du commerce, mais celui qui peut se payer une boutique. D'où l'arrogance, le mépris du client, le mauvais service. Les boutiquiers ne vendent pas, ils posent. Les marchands ambulants, eux, nous redonnent, par nécessité, l'amabilité, le bon produit, le bas prix… un marketing mix de la rue qui fait de l'achat un plaisir. Ils ont ajouté la livraison à domicile, de petits plats, de costumes ou de services de dépannage. Des microentreprises dans un sac et un téléphone portable.Ils constituent une vraie catégorie socioprofessionnelle, que l'Etat a intérêt à récupérer, organiser. Ils créent des milliers d'autoemplois, suivant le grand discours de l'Etat depuis 20 ans; s'il les pourchasse, il les retrouvera chômeurs grévistes de la faim, ou délinquants ambulants.Khalid BELYAZID

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc