International

L’Iran, nouvelle victime de l’EI

Par Reda BENOMAR | Edition N°:5041 Le 08/06/2017 | Partager
Premiers attentats de Daech en Iran
Des attaques qui ont fait 12 morts et 39 blessés
iran_ei_041.jpg

Un policier iranien évacue un enfant du parlement de Téhéran lors de l’attaque du bâtiment le 7 juin (Ph. AFP)

Alors que la tension monte entre l’Arabie saoudite et le Qatar au sujet de la question du rapprochement irano-qatari, une attaque revendiquée par l’Etat islamique a frappé deux lieux symboliques de la république islamique chiite.

Des hommes armés et des kamikazes ont attaqué mercredi 7 juin le Parlement et le mausolée de l’imam Khomeiny à Téhéran, faisant au moins douze morts et 39 blessés dans  les premières attaques dans le pays revendiquées par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Menées quasi-simultanément contre des lieux hautement symboliques, ces attaques sans précédent dans la capitale iranienne ont duré plusieurs heures et ont pris fin dans l’après-midi. Les sept ou huit assaillants se sont fait exploser ou ont été abattus par les forces de l’ordre. Une réunion d’urgence du Conseil national de sécurité a été convoquée par le ministre de l’Intérieur Abdolreza Rahmani Fazli.

Au siège du Parlement, quatre assaillants ont fait irruption dans des bâtiments et ouvert le feu. L’un d’eux s’est ensuite fait exploser et les trois autres ont été tués. Les députés ont néanmoins continué leur session dirigée par le président du Parlement Ali Larijani qui a dénoncé «des terroristes lâches».

Au mausolée de l’imam Khomeiny, fondateur de la République islamique d’Iran, des assaillants déguisés en femmes ont ouvert le feu et une femme et un autre assaillant se sont fait exploser. Deux personnes grièvement blessées sont mortes après leur transfert à l’hôpital. Autour des deux lieux visés, distants d’une vingtaine de km, d’imposantes forces de sécurité restaient présentes et des stations de métro ont été fermées.

Les Émirats arabes unis ont condamné les attentats en dépit du fait d’avoir rompu avec le Qatar en l’accusant à la fois de soutenir «le terrorisme» et de se rapprocher de l’Iran. Daech a revendiqué ces attaques. «Des combattants de l’EI ont attaqué le mausolée de Khomeiny et le siège du Parlement à Téhéran», a indiqué Amaq, l’agence de propagande du groupe jihadiste, en parlant de deux attentats suicide.

Selon le ministère des Renseignements, un autre groupe de «terroristes» a été neutralisé à Téhéran avant de pouvoir passer à l’action. La Russie, alliée de l’Iran, a aussi condamné les attentats, estimant qu’ils prouvaient une nouvelle fois la «nécessité de coordonner la lutte antiterroriste». La France les a également condamnés avec «la plus grande fermeté».
L’Iran et la Russie sont engagés militairement en Syrie aux côtés du pouvoir contre les groupes rebelles et jihadistes principalement l’EI.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc