International

Royaume-Uni: Les enjeux des élections législatives anticipées

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5041 Le 08/06/2017 | Partager
La première ministre veut sortir renforcée du scrutin
C’est pour mieux négocier le Brexit

Les Britanniques votent jeudi 8 juin lors des élections législatives anticipées. Organisé un an après le référendum sur le Brexit, le scrutin a été provoqué par la première ministre conservatrice Theresa May. Ceci avec l’espoir de renforcer sa position dans les négociations pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, qui démarreront dans la semaine du 19 juin.

■ Les partis en liste: Les conservateurs de May sont partisans d’un Brexit sans concession et veulent notamment mettre fin à la libre circulation des personnes avec les pays de l’UE. Les travaillistes de Jeremy Corbyn, donnés deuxièmes, ne remettent pas en question le Brexit, mais souhaitent éviter un bras de fer avec Bruxelles et conserver des liens aussi étroits que possible avec les Vingt-Sept.

Troisième parti au Parlement sortant, le Parti national écossais (SNP, gauche), envisage un référendum d’indépendance et de maintien dans l’UE après le Brexit. Pro-européens, les libéraux-démocrates ont promis un nouveau référendum sur le Brexit une fois celui-ci négocié, de façon à permettre aux électeurs de pouvoir, le cas échéant, «voter pour rester» dans l’Union. Plusieurs petits partis, dont les nationalistes Ukip, les Verts et des formations régionales brigueront également les suffrages. Au total, le scrutin rassemble 3.303 candidats.

■ Les modalités: Les 650 sièges de la Chambre des communes sont pourvus au scrutin uninominal à un tour: est élu le candidat qui arrive en tête dans sa circonscription. La durée du mandat est de cinq ans. Le Premier ministre n’est pas désigné directement par les électeurs, mais issu de la majorité. Le nouveau Parlement siégera une première fois le 13 juin, avant la cérémonie d’ouverture solennelle le 19 juin, au cours de laquelle la reine Elisabeth lira comme le veut la tradition le programme législatif de la nouvelle majorité.

■ Les enjeux: Outre le Brexit, les principales thématiques qui ont dominé la campagne électorale sont l’immigration, la santé et la protection sociale ainsi que la sécurité, dans ce pays sous le choc des attentats de Londres et de Manchester. Theresa May disposait d’une majorité de 17 sièges dans l’assemblée sortante et espère la porter à entre 50 et 80 mandats afin d’avoir les coudées franches dans ses négociations avec l’UE. Mais l’avance des conservateurs a fondu dans les sondages et les politologues estiment qu’il est possible qu’elle manque cet objectif, voire qu’elle échoue à obtenir une majorité absolue, même si son parti arrive en tête. Dans ce scénario, les Tories devraient trouver un partenaire de coalition ou se résoudre à un gouvernement minoritaire. Dans les deux cas, ils aborderaient affaiblis les négociations avec les Vingt-Sept.

Manchester, Londres et la sécurité

L’attentat de Manchester le 22 mai, suivi de celui de Londres samedi dernier, a imposé la sécurité parmi les thèmes de campagne, contribuant à l’érosion dans les intentions de vote des Tories. L’opposition reproche à Theresa May d’avoir réduit de 14% les effectifs de police alors qu’elle était ministre de l’Intérieur (2010-2016), Ukip allant jusqu’à l’accuser d’être «en partie responsable» de l’attentat de Manchester. Alors que ce parti et les travaillistes promettent des moyens supplémentaires pour les forces de l’ordre, la première ministre a assuré que de nouvelles baisses des moyens des forces de sécurité n’étaient plus à l’ordre du jour.

 

 

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc