×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Win-win

Par L'Economiste| Edition N°:1631 Le 27/10/2003 | Partager

La signature par le Maroc et l'UE ce week-end de l'accord agricole est incontestablement un événement. Il s'agit d'un des plus gros accords signés par Bruxelles avec un pays tiers, qui plus est, concurrence directement un de ses membres, l'Espagne en l'occurrence. Les discussions auront été marathoniennes pour ce dossier bouclé après plusieurs mois de négociations qui avaient démarré en janvier 2001, en application de l'accord d'association prévoyant une levée progressive des barrières douanières. Le Maroc a tenu à ce que l'accord soit “équilibré”. C'est aussi ce que laisse entendre la partie européenne. Maintenant, les exportateurs marocains pourraient être tentés d'en faire une tout autre lecture. Dans le cas de la tomate, une première inquiétude tiendrait à l'existence d'une clause de sauvegarde permettant à l'UE de protéger l'accès à son marché, dans le cas d'une concurrence trop forte avec ses propres producteurs. Celle-ci limite les possibilités d'exportation des producteurs marocains. Le Maroc peut faire de même avec les exportations européennes de céréales.En outre, on l'a vu pour l'UE et les Etats-Unis, la suppression des droits de douane ne résout pas entièrement les problèmes d'accès aux marchés, dans la mesure où le renforcement des normes sanitaires, phytosanitaires notamment, constitue de plus en plus d'obstacles. Enfin, la levée des barrières tarifaires n'a pas de retombées systématiques pour les producteurs: compte tenu des fluctuations de prix, les éventuelles plus-values attendues en termes d'augmentation des échanges commerciaux ne sont pas acquises d'avance. Accord équilibré, certes, mais de là à parler de win-win, il faut attendre un peu.Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc