×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Victimes

Par L'Economiste| Edition N°:3521 Le 03/05/2011 | Partager

C’est une épine au pied de notre société. Une épine que nous refusons d’examiner de près par cécité, alors qu’elle pourrait bien s’infecter. Les chiffres effarants des mères célibataires, et de leurs corollaires, les enfants abandonnés, donnent froid dans le dos.
L’Etat n’a pas mis de moyens dans la protection ou la réinsertion des mères célibataires. En tournant autour du pot, il ne fait que compliquer le problème. Cette situation vient d’une croyance bien ancrée chez une bonne partie de la population. A savoir que ces mères ont transgressé des règles et qu’elles méritent ce qui leur arrivent. Etre une mère célibataire est assimilé à un vice, une déviance qui mérite une sanction sociale, même s’il faut aussi en faire supporter le prix à la descendance. Du coup, ces femmes commencent en tant que mères célibataires puis deviennent mères fantômes abandonnant leurs enfants, faute de pouvoir les prendre en charge. Ces victimes, on en a sans doute croisé au coin d’une rue, d’un carrefour, où des réseaux leurs apprennent à mendier, ou à commettre des larcins. Beaucoup sont condamnés à devenir des victimes de violence physique et sexuelle, ou risquent de devenir plus tard voleurs, fugueurs, toxicomanes, prostitués. Avec des lois sur l’adoption, draconiennes qui découragent les parents les plus motivés, les arbitrages sont minces pour cette jeunesse.
Ces enfants et leurs mères n’ont besoin ni de comportements méprisants, ni de compassion. Simplement que ces mères puissent cesser d’être terrorisées à l’idée de voir un flic débarquer à l’accouchement et que ces enfants ne soient plus déstabilisés et insécurisés à l’abandon par leur mère à qui l’on fait porter le chapeau, lorsque le père, lui, est invisible des radars, ou érigé en victime passive d’un adultère consenti.

 

Mohamed BENABID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc