×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Valeurs

Par L'Economiste| Edition N°:4664 Le 09/12/2015 | Partager

Etrange phénomène: on n’est pas étonné, et pourtant on est abasourdi du score du Front national dans les élections régionales françaises. Certes, depuis les Printemps arabes, les Marocains regardent beaucoup par-dessus les frontières. Mais avec la France, c’est depuis toujours qu’il y a un très grand intérêt et aussi de très grands intérêts.
 Avec perplexité puis avec incrédulité, on a vu un certain délitement des valeurs, un certain penchant  à la facilité et l’invasion de concepts de plus en plus verbeux… qui n’étaient plus la France des Lumières. Les incroyables péripéties  de hauts responsables marocains (Mezouar ou Hammouchi) signalaient une sorte  d’affaissement, sans cesse attiré vers la ratiocination.
Inversement, et malgré cela, l’opinion marocaine n’aurait pas compris que Rabat ne fût pas aux côtés de Paris dans un coup dur comme celui des derniers attentats, pour lutter contre le terrorisme. Et qu’on ne vienne pas nous dire que ce ne sont pas là des valeurs des Lumières!
L’affaissement, l’entassement trop lourd de si nombreux petits renoncements ont fini par créer un «mini-Munich» (le renoncement des démocraties face à Hitler) tous les soirs au journal de 20h.
Ces accommodements mous n’ont été pris en charge ni par la Gauche, ni par la Droite. Pas plus que n’ont été compris les vrais enjeux des Printemps arabes, surtout comment on peut en sortir par le haut au lieu d’aller bombarder  les mauvaises et les bonnes gens.
Chez un personnel politique, tant d’ignorance des réalités intérieures et extérieures, depuis si longtemps, entraîne la sanction des électeurs. Le vrai gros problème est que les successeurs, les gens du FN, ont des vues très bornées sur le monde qui les entoure.
Ils vont sérieusement compliquer la vie de leur voisinage, à commencer par la nôtre. Pas la peine de faire un dessin.
 

Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc