×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Un monde

    Par L'Economiste| Edition N°:905 Le 29/11/2000 | Partager

    Remises par le Souverain lui-même, les décorations des patrons du Club Med et Accor montrent l'importance que le Royaume veut donner au secteur touristique. C'est un secteur d'emplois et de recettes en devises.Pour l'emploi, inutile de faire un dessin: le Maroc se trouve dans une situation catastrophique. Pour les devises, la politique actuelle de déficit public et de Dirham très fort rend nécessaire et urgente l'alimentation de la balance: l'Etat a commencé à dépenser ce que le Maroc n'a pas encore gagné!Le tourisme, c'est aussi un secteur favorisant l'évolution des mentalités comme des comportements. Là encore, il y a urgence. De toute évidence, un retard considérable a été pris ou bien, pour être plus exact, repris. Le Royaume croit encore qu'il est en avance sur bien d'autres pays arabes et musulmans. Mais c'est un simple effet de son ignorance: la réalité est que le Maroc est en train de se mettre en retard sur le reste du Monde arabe.Quand on pense tourisme, on pense certes aux jolies femmes et aux femmes moins jolies en minimaillot et aux effets que cela peut avoir dans une société un peu rigide, sinon dans les faits, du moins pour les apparences. Mais ce n'est pas cela l'essentiel des retards de mentalité.Accueillir des touristes, c'est importer un marché solvable que l'on n'est pas capable de produire soi-même. C'est donc importer des consommateurs habitués à une monétique qui fonctionne 24h/24, au respect du code de la route, à la propreté des villes et des campagnes, à la sécurité sanitaire des circuits commerciaux, à une police efficace et souriante...Un monde de comportements nouveaux à créer, qui profitera à tous les Marocains.Nadia SALAH

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc