×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Tromperies

Par L'Economiste| Edition N°:3583 Le 28/07/2011 | Partager

La communauté marocaine vivant à l’étranger a eu finalement droit de cité dans la loi suprême du pays. La nouvelle Constitution rétablit, en effet, à la fois leurs droits politiques et civiques. Par conséquent, elle confirme dans ses articles 16, 17, 18 et 165 leur citoyenneté tout en réaffirmant leur marocanité. En outre, l’éventualité de leur participation et, partant, leur représentation au Parlement est de plus en plus évoquée.
Cependant, au-delà de cet intérêt soudain pour une communauté partagée entre ses acquis sociaux dans le pays d’accueil et l’attachement au pays d’origine, que lui propose-t-on? L’on a, en effet, l’impression que la politique du gouvernement à l’égard des MRE s’arrête aux postes frontières. Les opérations «Marhaba», «Bienvenue chez vous» ne sont pas plus que de l’assistance sociale. Or les MRE aspirent à être considérés comme des citoyens à part entière, avec leurs problèmes, leurs attentes et leurs besoins. En d’autres termes, ils souhaitent que leur pays ne voit plus en eux qu’une ressource en devises.
Les premiers MRE sont maintenant à la retraite. Les besoins des nouvelles générations sont bien différents, on s’en doute. A commencer par l’accueil qui leur est réservé dans le pays d’origine et qui pourrait, s’il est soigné, leur éviter bien des déceptions. Comme ce MRE qui a acheté sur plan, dans un grand salon consacré à l’habitat et organisé en France, un bel appartement. Arrivé au pays, quelle ne fut sa surprise quand il a découvert que l’appartement en question ne ressemblait en rien à la maquette qu’on lui avait montrée. Certes, il y a les voix légales pour dénoncer «l’escroquerie», mais les procédures sont trop longues et surtout très lentes, alors qu’il ne dispose, lui, que de trois semaines de congé… Depuis, il conseille à son entourage de ne plus rien acheter au pays! Il faut donc éviter ces tromperies sur marchandise…

Jamal Eddine HERRADI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc