×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Stratégie

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5833 Le 01/09/2020 | Partager
    salah_nadia.jpg

    Cela nous pendait au nez depuis des semaines.

    Certains reprochent aux forces de l’ordre d’avoir reculé devant une bande de jeunes. Ceux-ci s’étaient réunis pour l’Achoura. Les mesures sanitaires l’interdisent, mais ils l’ont fait quand même. Ce n’est pas admissible. L’échauffourée a bel et bien eu lieu. Avec des feux d’artifice qui n’auraient pas dû être là.

    D’abord que faisaient-ils là ces feux d’artifice interdits? Pour où et qui les a fait passer? Ensuite, une tradition, ce n’est qu’une nouveauté qui réussit. Faire éclater des pétards de plus en plus gros est une innovation récente, lointainement inspirée du chiisme d’Iran. Une innovation dangereuse, que les garçons cachent dans leur poche. On aura compris.

    Les religieux n’auraient-ils pas bien fait de prendre en compte cette fête pour la décliner sur un mode marocain? Ne serait-ce que pour l’empêcher de s’inscrire en opposition provocatrice?

    De leur côté les policiers, peu nombreux, ont préféré reculer devant leurs agresseurs. Il n’y a pas lieu de le leur reprocher, car ils appliquent les normes d’aujourd’hui: éviter autant que faire se peut la violence envers les gens, même si ces derniers sont violents. Une autre forme de police prendra le relais pour identifier et interpeller les agresseurs. Cette stratégie a été installée sans explication: c’est dommage, car elle fait partie des progrès des droits de l’Homme.

    Enfin, cessons de nous cacher derrière notre petit doigt. Le mode répressif, même soft, ne fonctionne pas.

    Pour une raison inconnue, la Santé ne cherche pas pourquoi sa stratégie ne sert à rien. Sauf à créer des blagues d’où le savoir-faire des officiels ne sort pas grandi. Pendant ce temps, irrémédiablement, une part de la population s’appauvrit et le virus progresse.

     

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc