×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Statistiques

    Par L'Economiste| Edition N°:4661 Le 04/12/2015 | Partager

    Non, il n’y aura pas de nouvelle crise sur les chiffres du chômage. Le HCP et le ministère des Finances ont rapidement éteint les débuts d’incendie, évitant ainsi une autre polémique picrocholine, dont le contexte politique marocain s’est fait  une spécialité ces derniers jours. Les statistiques publiques y sont très exposées, on le sait.
    La quantification comme outil de gouvernance n’a pas plus besoin d’avocats. Elle a en revanche souvent des détracteurs. Leurs instances de production ont une fâcheuse tendance, celle d’irriter les gouvernements lorsque les indicateurs ne vont pas dans le sens de leurs orientations. Et en ces mois préélectoraux, c’est l’un des fronts qu’il faudra surveiller de près.
    En toile de fond d’un tableau alarmiste sur la situation de l’emploi, Benkirane avait tenté un pari perdu en harcelant Lahlimi du lancement d’une structure parallèle, l’Agence autonome des prévisions économiques et des statistiques.
    Le HCP sera finalement conforté par une caution royale. Dans cet éternel chassé-croisé entre pouvoir politique et statistiques publiques, il faut distinguer l’essentiel de l’accessoire. D’abord, le plus important est qu’il n’y ait pas de défaillances dans les processus de production et que les instances, dont ces indicateurs émanent, soient réellement indépendantes. Ensuite, que le gouvernement n’en soit plus à l’abri est même souhaitable car c’est une autre manière d’analyser la qualité de l’action publique. Alors que les crédits à l’investissement donnent de sérieux signes de fatigue, que le capital humain est en crise, comme nous l’analysons dans cette édition, et que l’économie marocaine manque de vrais ressorts, il est aujourd’hui légitime de s’interroger sur  le parcours chaotique des réformes, là où les efforts ont été insuffisants.
     

    Mohamed BENABID

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc