×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Soutien royal

Par L'Economiste| Edition N°:3153 Le 20/11/2009 | Partager

Pour que l’on sorte de la léthargie, il aura fallu un grand coup de pouce royal, un changement brutal de ministre (ce qui ne se fait plus sous le règne de SM Mohammed VI)… Le tout, sur une longue série de loupés allant des courses ou des matches perdus aux rebuffades dans l’offre d’organiser des manifestations internationales.Voilà qu’arrive une réforme totale, qui a tout l’air d’être capable de tenir la route (voir ci-contre la présentation exclusive de L’Economiste).Ceux qui croyaient que le sport est le domaine de l’énergie humaine, du dépassement de soi, de la compétition avaient tout faux. C’est le domaine des négligences, des petits arrangements et des faux-semblants, lesquels font deux victimes: les sportifs et la fierté nationale. Dans ce contexte, dira-t-on, il est facile de réformer: tout changement est bon à prendre, en tout cas, c’est mieux que l’existant.Eh bien non, justement! Quand on est vraiment très bas, c’est bien difficile de se redresser car les repères sont perdus et la volonté s’est épuisée. Le Maroc en est là, fatigué et désabusé, n’ayant même plus envie de faire des blagues sur son sport.Cela veut-il dire que la réforme va passer comme une lettre à la poste? Non, encore une fois! Si le secteur est épuisé c’est qu’il est trop petit, trop éparpillé et que cet éparpillement abrite trop d’ambitions sans compétence, trop de connivences favorisées par le manque de transparence.Il ne faut pas rêver: tout ce petit monde va entrer en résistance. On se souvient combien la réforme du FUS de Rabat fut pénible… à cause d’une buvette. La réforme va trouver sur son chemin, et partout sur le territoire, ce genre de résistances qui masqueront soigneusement leurs vrais motifs et utiliseront toutes les ressources des émotions populaires pour garder leurs privilèges. Le soutien royal ne sera pas du luxe pour faire aboutir cette réforme.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc