×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Risques

Par L'Economiste| Edition N°:3128 Le 14/10/2009 | Partager

LE gouvernement maintient donc la carte de l’investissement public pour 2010. C’est de bonne guerre, et il n’y a pas de meilleur message à adresser à notre environnement en cette conjoncture. L’on espère que ces budgets d’investissement auront l’effet moteur escompté, qu’ils seront suffisamment utilisés. L’Etat se démène comme il peut pour dégager de nouvelles recettes après le coup de grisou fiscal de l’année en cours: hausse de la TVA et recours à la pompe à TIC, enclenchés pour ce budget, d’abord pour le pauvre alcool, souffre-douleur fiscal à outrance, ainsi que pour les produits pétroliers.Cette logique serait totalement cautionnée si elle n’entraînait dans son sillage une autre qui la contrebalance. Ces investissements, la baisse de l’IR, sont financés non par des économies dans le train de vie de l’Etat, mais aussi par du déficit budgétaire supplémentaire.La surprise vient donc du fait que le gouvernement prend bien soin de serrer la ceinture des autres, mais n’arrive pas à stopper sa propre déferlante des dépenses publiques. C’est ce qui rend quelque part cette pilule amère. Sur le front de la masse salariale par exemple, rien de bien transcendant. Au contraire, le recrutement continue de plus belle. De surcroît, il y a un risque qui pourrait remettre en cause cette vision sereine des perspectives de budget 2010. C’est celui de voir le baril remonter à des niveaux importants. Ce qui remettrait en cause bien des conjectures. Dans l’ensemble, le Maroc a certes pu réaliser des performances macroéconomiques relativement bonnes ces dernières années, mais au prix de déséquilibres croissants, notamment dans les échanges extérieurs du fait de pertes quasi continues de compétitivité. Peut-il maintenant se permettre des risques sur ses finances publiques?Mohamed BENABID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc