×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Révolution

    Par L'Economiste| Edition N°:1051 Le 03/07/2001 | Partager

    Dans trois jours, le droit économique marocain va subir l'une de ses plus grandes refontes. Le 6 juillet, toutes les entreprises, quelles que soient leurs taille et activité, qu'elles soient publiques ou privées, devront se conformer à la loi sur la liberté des prix et de la concurrence. Ce texte est une véritable révolution des usages commerciaux.Principe fondamental: user de la liberté d'entreprendre sans en abuser. La liberté des prix devient donc la règle et l'encadrement administratif l'exception.A l'instar de la loi sur la Société Anonyme ou d'autres nouveaux textes, cette révolution va toucher encore plus les mentalités. Mais ce n'est pas gagné d'avance car il faudra mettre à plat les mauvaises habitudes. Cela va contraindre les opérateurs à fonctionner autrement, sous peine de sanctions des pratiques anticoncurrentielles. C'est aussi la remise en cause de comportements qui ont pénalisé les structures et le pays, au cours des dernières décennies. La concurrence est une culture qu'il faudra donc développer. En effet, la loi va générer ses propres règles, ses propres contraintes et ses propres sanctions. D'où un effort soutenu en formation, information et pédagogie. Les pays européens l'ont fait, surtout à travers des canaux accessibles tels que la TV ou la radio.Fondamental dans l'architecture juridique du pays, ce texte est aussi un signal fort en direction de l'étranger et donc des investisseurs. Le Maroc doit absolument sortir du purgatoire des pays cloisonnés et ne pas rester en retrait par rapport au nouvel ordre concurrentiel mondial. L'adoption d'un tel outil était donc nécessaire, mais elle ne vaudra que par l'application qui en sera faite.Meriem OUDGHIRI

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc