×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Résultats

Par L'Economiste| Edition N°:3264 Le 28/04/2010 | Partager

Il revient de loin. Le secteur agricole, qui est fêté au Siam de Meknès, est en train de se débarrasser de ses lourdes «casseroles». De toutes les façons, il en avait trop fait dans ce sens pour rebrousser chemin sans dégâts.Il faut le dire, pour un secteur aussi stratégique, trop de «thérapie d’urgence» et de politiques finalement myopes ont été lancées pour des résultats abyssaux. Et pourtant, de par le passé, le Maroc avait fait de ce secteur son nerf de la guerre. Et ne le nions pas, des réussites remarquables, il en a enregistrées. Il dispose d’un immense capital de technicité et d’expérience et des marges de progrès importantes. Des étapes cruciales ont permis sa transformation. Mais en bout de course, peu de performances. D’ailleurs, accuser la pluie ou la sécheresse a été pendant longtemps la solution de facilité. Mais elle n’a pas marché à tous les coups.Le problème était plus profond que cela. Le pays manquait d’une agriculture efficace et compétitive. De stratégie de développement tout court. Aujourd’hui, la mayonnaise «Maroc Vert» semble prendre, voire donner des résultats. Ce «Plan Marshall» devra mettre à plat cette agriculture à deux vitesses, faire disparaître l’immobilisme et l’archaïsme. Mais aussi développer la mécanisation, des systèmes de recherche performants et encourager l’innovation. Mais dans cette dynamique, il ne faut surtout pas que les petits agriculteurs, pièce maîtresse, restent au bord du chemin.Bref, se doter d’une agriculture moderne, tournée aussi vers l’extérieur et capable de s’adapter, notamment pour conserver ses parts durement conquises à l’export et pour en décrocher de nouvelles. Bref, se positionner sur le créneau de la productivité. C’est énorme, mais il faut y arriver.Meriem OUDGHIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc