×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Résultat

Par L'Economiste| Edition N°:3158 Le 27/11/2009 | Partager

Le «trafic du poids» assimilé à une hausse illicite des prix. Encore une petite révolution juridique que les consommateurs souhaiteraient voir se concrétiser rapidement. En y réintroduisant, de plus, la sanction administrative confiée aux gouverneurs et walis, ces amendements semblent être le fruit d’un compromis entre volonté de réforme et nécessité de pragmatisme. Ce n’est ni plus ni moins cette lente transition dont le projet de loi remanié fait le constat. De deux choses l’une, ou c’est la population de la délinquance économique qui grossit ou c’est le dispositif actuel de contrôle qui ne sert à rien. Il suffit de se présenter chez l’épicier du coin pour remarquer que beaucoup de normes ne sont pas rentrées dans les moeurs. Et pas seulement l’affichage. Il fallait donc hausser le ton même si ces réaménagements ne sont pas particulièrement glorifiants pour notre commerce, ni même pour notre système de répression des fraudes. Sur ce chantier, l’opinion peut être particulièrement agacée. Des instruments juridiques existent déjà comme pour l’affichage des prix. Sont-ils pour autant appliqués? On le voit dans de nombreux domaines: le droit prend bien soin d’accompagner l’évolution de la société marocaine. Mais si les réglementations s’empilent, les habitudes persistent. En réalité, toute la difficulté est là, dans cette incapacité à faire suivre les dispositifs de résultat. Les intentions sont souvent louables, les mises en oeuvre complexes. Dans les processus de mise à niveau spontanés, le seul écosytème à avoir clairement joué le jeu c’est celui de la grande distribution. Celle-ci a clairement levé des réticences psychologiques et prouvé que l’on pouvait conjuguer transparence, modernité et rentabilité. Et même pas besoin de brandir la peur du gendarme pour y arriver. Pour le reste, le moment de vérité n’est pas encore arrivé. C’est donc deux Maroc qui s’affrontent. Mohamed BENABID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc