×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Regrettable

Par L'Economiste| Edition N°:3187 Le 08/01/2010 | Partager

Il y a deux manières d’analyser le vote cette semaine à la Chambre des conseillers du projet de code de la route. La première est de considérer qu’un pas important a été franchi et qu’il faut fermer les yeux sur tout le reste. Après tout, ce qui importe c’est de relancer une machine enrayée après une série de mouvements de grèves comme le Maroc n’en a pas connus l’année dernière. La seconde est d’analyser lucidement cet épisode et d’identifier les éventuels «avenants» au contrat. Car il y’en a. Même si le vote peut passer pour une grande habileté politique, il y a en effet quelques signaux inquiétants sur le fonctionnement de l’institution parlementaire. Que l’on en juge: à peine 40 conseillers étaient présents pour voter. Vous avez bien lu, quatre et zéro. Visiblement l’absentéisme est une maladie chronique à l’échelle de l’hémicycle. Même un projet de loi aussi décisif pour les Marocains que l’hécatombe des routes n’arrive pas à atténuer ce désintérêt. C’est à se demander finalement où sont les sujets mobilisateurs pour les élus de la nation. Le texte est pourtant l’occasion de montrer, contrairement aux accusations récurrentes, que ces députés ne sont pas si éloignés des préoccupations des citoyens. L’urgence du problème d’absentéisme saute à la gorge. La loi de Finances de cette année a déjà donné un aperçu sur le prix de ces négligences avec un Mezouar qui vote à son insu, justement faute de soutien de la majorité, une disposition sur la TVA pour les produits islamiques. L’opposition peut naviguer à l’aise. Sur le même registre, les arbitrages sur les impôts semblent rester chaque année du ressort exclusivement technocratique sans que les parlementaires n’arrivent à y changer quoi que ce soit. L’exécutif n’est pas assez bousculé, et c’est regrettable.Mohamed Benabid

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc