×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Réforme de dupes

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5688 Le 31/01/2020 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Quelle duperie! Le ministère de l’Enseignement (et de plein d’autres choses) veut allonger d’un tiers, soit une année entière, les études supérieures.

    «La nouvelle réforme pédagogique universitaire vise à répondre aux exigences de la société et du marché du travail…», dit le ministère.

    Soyons sérieux: qui donc ferait une «nouvelle réforme» pour desservir les besoins de la société et du marché du travail? Pourquoi mobiliser autant de mots pour ne proférer que des évidences minimales?
    Ce n’est pas fini. Le meilleur vient.

    Cette année supplémentaire serait un «mécanisme de mise à niveau des compétences de l’étudiant (…) cette nouvelle architecture pédagogique est basée sur la programmation de modules relatifs aux soft skills».

    Passons sur ce nouveau flux de mots inutiles tout en notant que le vocabulaire est celui des machines, pas celui des humains. Ceux qui ont imaginé ce texte voient les jeunes comme des objets à faire façonner par des machines. Comment s’étonner que presque la moitié de ces «objets» sortent sans diplôme.
    Ce n’est pas encore fini.

    Quand l’auteur ne trouve plus de mots assez ronflants, il va se cacher derrière la langue anglaise. On hésite: le rédacteur est-il malhonnête ou ignorant au point de ne pas savoir que les soft skills, c’est tout bêtement une bonne présentation, être propre et poli.

    Il faut méconnaître, ou mépriser, les «jeunes objets» pour ne pas voir que l’immense majorité des jeunes Marocains ont appris cela à la maison. Quand ils se comportent autrement, c’est qu’ils envoient un message, y compris celui du manque de discipline.

    Le ministre a fait savoir que le LMD, organisation actuelle, reste en place jusqu’à nouvel ordre. Ses fonctionnaires disent le contraire aux écoles privées: vous devez être prêtes pour le 5 mars.

    Tout ça parce que personne n’ose dire au secondaire de faire son travail, tout simplement.

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc