×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 29/11/2021
Explications

A la moindre blessure, on coupe tout le membre pour éviter la gangrène; c’est la médecine du Moyen...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Quiétude

Par L'Economiste| Edition N°:4555 Le 25/06/2015 | Partager

Il l faut de temps en temps se mettre à la place des autres, surtout si les autres sont des clients. N’importe quel bon commerçant sait cela.
Imaginons une famille quelque part en Bretagne ou en Savoie: si on allait en vacances au Maroc? Cette famille fait ce que 3 milliards d’humains font aujourd’hui: elle «google» Agadir. Que découvre-t-elle? La police d’Agadir a arrêté deux filles en «tenue indécente», contre lesquelles une «foule de 20 personnes vitupérait violemment».
Personne n’est capable de définir une tenue indécente, car c’est un concept personnel, ou culturel, ou bien historique ou encore géographique.  Forts de cette inextricable ambiguïté, des policiers d’Agadir au lieu de protéger des victimes agressées, les mettent en prison!
Des policiers gadiris ne sont-ils plus au service de la loi? Seraient-ils au service des acrimonies de voisinage ou de la campagne électorale qui vient? Evidemment non.
Des jeunes filles en tenue courte ou bien serrée, on en voit tout le temps et partout.  On les trouve bras dessus, bras dessous avec leurs amies en foulard: c’est cela la tolérance marocaine.  L’Etat doit protection aux unes comme aux autres, sans se laisser déborder, ni par la hargne ou la concupiscence du voisinage et encore moins par des visées de politiciens opportunistes. Il en va de notre PIB touristique et encore plus de notre quiétude de Marocain.
Nadia SALAH

 

Nadia SALAH

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite