×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Préemption

    Par L'Economiste| Edition N°:2914 Le 03/12/2008 | Partager

    C’est au milieu des années 90 que la société civile a commencé à s’intéresser à la corruption, avec la création de Transparency Maroc. Avant, il y avait bien eu quelques retentissants procès sur ce thème, mais difficile de ne pas y voir une manière de régler des conflits politiques. C’était de la corruption de corruption… si l’on peut risquer ce jeu de mots.Au moment où TM se crée, le Maroc était déjà en retard: la Banque mondiale, l’OCDE, le FMI… avaient déjà inscrit l’anti-corruption comme un de leurs critères d’intervention. Et pourtant, durant plusieurs années Transparency existe sans exister: elle organise des actions publiques et médiatiques que nulle autorité n’ose entraver mais, juridiquement, l’association n’existe pas (aucun tribunal n’accepte son dépôt de dossier!). Une situation plus comique que dramatique, laquelle, paradoxalement, confère de la puissance à l’organisation et lui permet d’apporter efficacement son concours aux entreprises et administrations qui la sollicitent spontanément.1998-2002, tournant de l’Alternance. La lutte contre la corruption devient politique officielle… Sauf que ce n’était que des mots mis sur une tapageuse campagne de publicité. L’opinion publique n’est évidemment pas dupe et l’idée qu’elle se fait du niveau de corruption dans le pays, de mauvaise devient catastrophique. Le Maroc fait un bond en arrière d’une dizaine d’années. Etait-ce de la simple bêtise ou un objectif voulu? En tout cas, ce ne serait pas la première fois qu’une force politique de gouvernement ou d’opposition se sert de ce thème pour faire avancer ses affaires et/ou pour disqualifier son adversaire. C’est un classique mondial.Là est une des difficultés de la lutte: éviter qu’elle soit préemptée par le monde politique, tout en sachant qu’on a besoin de lui pour les modifications législatives et administratives pour rendre la corruption plus compliquée et plus coûteuse que ne l’est la gestion ordinaire.Nadia SALAH

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc