×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Parcage

Par L'Economiste| Edition N°:4613 Le 22/09/2015 | Partager

Notre système de l’enseignement a livré tellement d’aberrations, que nous serions presque tentés de les trouver normales... Une des plus flagrantes, c’est le surpeuplement par classe qui atteint aujourd’hui jusqu’à 70 élèves! Un chiffre que déplore la tutelle qui en avance les raisons, mais ne propose aucune issue durable.
L’Etat mène aujourd’hui une bataille rangée pour remettre sur les rails un système scolaire défaillant, mais il s’agit d’un problème gigogne. Chaque aspect abordé ouvre la porte sur d’autres hérésies. Si les classes sont bourrées d’élèves, c’est en raison de la pression démographique dans certains quartiers, la migration des établissements vers la périphérie, un manque de classes et de professeurs. Certains partent à la retraite, d’autres partent volontairement, surtout les femmes qui jettent l’éponge en cours de route.
Même si le système éducatif ne devrait tolérer que près de 25 élèves par classe pour être efficient, le sureffectif est communément «admis» parce qu’il n’y a pas vraiment le choix... Un aveu à demi-mot de la tutelle qui met en avant les mesures prises pour «atténuer l’ampleur de ce problème qui nuit gravement à la qualité de l’enseignement», dont le redéploiement  de 7.000 enseignants eux aussi en surplus dans certaines académies.
Mais comme à l’accoutumée, au Maroc on ne fait que du curatif, pas du préventif et on abuse des grands discours. Vingt-six projets mis en route mais en cours d’affinement, 23 mesures prioritaires supposées être entrées en vigueur (quelles sont-elles?) pour «améliorer le système éducatif à court terme», dit-on. Allez donc expliquer à ces 678.000 élèves du primaire parqués dans des salles dont certaines truffées d’amiante, dans des écoles sans latrines et dans une langue qui n’est pas encore formellement identifiée (arabe, darija, français, anglais...), que la vision 2030 prévoit d’en faire des petits écoliers modèles.

 

Radia LAHLOU

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc