×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    «Nudge»

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5831 Le 28/08/2020 | Partager
    salah_nadia.jpg

    C'est clair. Bien malin celui qui dira de quoi demain sera fait, avec cette pandémie. Elle est montée à des niveaux de contaminations et de décès, qu’on n’aurait jamais imaginés, dans les pires cauchemars.

    C’est clair, mais ce n’est pas une raison pour marcher vers le désastre.

    Une partie des Marocains passe outre les recommandations sanitaires; une partie semble se tenir à l’écart des obligations aussi. Ces groupes sont sans aucun doute plus négligents que protestataires. Les «refuzniks» sont rares dans la culture marocaine.

    C’est un terrain tout disposé à une autre forme de communication.

    Les citoyens n’aiment pas du tout qu’on les prenne pour quantité négligeable. Pas plus ceux du Maroc que ceux de n’importe où ailleurs. Nous ne sommes pas des «cas», mais des personnes, malades ou pas.

    Nous n’aimons pas ces statistiques si globalisées qu’elles ne veulent rien dire: la région de Casa-Settat est la plus atteinte? Certes, mais où, comment, à quel âge, quelle condition sociale…? Et ainsi de suite. Sans détail humain pour humaniser les données, qui se sentira concerné, personnellement?

    Passer par des canaux crédibles d’informations, est le premier des devoirs des gouvernants envers les citoyens. Faire intervenir les hauts fonctionnaires dont nous connaissons le sens du devoir (les gens «sentent» très bien cela)…

    Le «nudge», le coup de pouce, est toute une école dans les multiples stratégies de communication. Obama l’employait dans ses interventions sociales avant de devenir président.

    Le Maroc ne manque pas de professionnels et d‘agences capables de fabriquer ce genre spécial de communication. Le respect des citoyens peut nous amener à veiller sur nous-mêmes et nos proches.

    Serait-ce trop demander?

     

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc