×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Moutons

Par L'Economiste| Edition N°:3942 Le 04/01/2013 | Partager

La valeur ajoutée de nos exportations a baissé. Et pas qu’un peu: moins 5% en une seule année, l’année dernière.
Quand Miriem Bensalah, présidente de la CGEM, a révélé ces chiffres, un murmure effaré a parcouru l’assistance, très nombreuse, des Assises du Commerce extérieur. Le chef de gouvernement lui-même a marqué le coup. Il a eu raison; c’est grave.
En temps normal,  un constat de cet acabit aurait fait tout un chahut au Parlement, aurait provoqué un branle-bas de combat…
Rabat aura sonné la mobilisation générale, avec commission d’urgence, tableau de bord… et tout le tremblement.
Pourtant, rien ne s’est passé. Les élus de la nation étaient en train de discuter de la loi de Finances. Pas un seul n’a trouvé la situation préoccupante. Pas un n’a estimé nécessaire de poser la moindre question sur la dégradation de la position internationale du Maroc.
Au contraire, nos politiciens ont dépensé beaucoup d’énergie à s’auto-congratuler devant l’emprunt  à long terme, à un prix moindre que ce qui est facturé à l’Espagne.
Ils auraient mieux montré leurs soucis des causes nationales s’ils avaient relevé que cet emprunt couvre moins d’un mois d’importation. Et s’ils avaient relevé aussi que l’argent du remboursement est gaspillé en consommation au-dessus de nos moyens, consommation qui se transforme directement en importations.
Autrement dit,  nos élus se sont comportés comme des moutons de l’Aïd qui se seraient  félicités du retard pris par le boucher, parce qu’il aiguise son couteau!
Sauf que les élus, eux, ne seront pas sacrifiés: le jeu politique est organisé de telle manière qu’ils n’ont jamais de responsabilité à assumer.
Ceux qui sont dans l’opposition sont encore plus confortablement protégés que ceux qui sont au pouvoir.
Il ne reste qu’une chose à faire: multiplier les pressions de la société civile qui, elle, va payer durement  l’irresponsabilité politique des élus.

Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc