×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Les Prussiens

    Par L'Economiste| Edition N°:1865 Le 30/09/2004 | Partager

    Le mémorandum sur le Sahara adressé par le Maroc au secrétaire général des Nations unies, vient enfin de fixer une attitude claire et précise à l'égard de l'Algérie. Dans cette affaire, Rabat et Alger avaient deux démarches bien différentes. L'Algérie raisonnait et raisonne en termes de puissance régionale. Rien ne doit se passer dans la région sans son accord et sans son contrôle. Son comportement a pour modèle la Prusse du XIXe siècle. Le Maroc, quant à lui, cherchait et cherche toujours à éviter un conflit majeur, préoccupé surtout par son développement économique et le maintien de la stabilité politique. De ce fait, une fois le Sahara récupéré, Rabat, comme souvent les civilisations anciennes, a fait le dos rond en considérant que le temps jouerait pour elle.C'était compter sans la force et la pugnacité de l'hégémonisme sévissant en Algérie. Cette volonté de puissance est en fait indépendante des présidents: ils changent mais la même ligne stratégique demeure et demeurera.A un moment de son histoire, l'Algérie s'est considérée comme la puissance régionale, l'héritière légitime de la puissance française, sentiments auxquels le pétrole et le gaz ont donné du corps. De ce fait, le différend est réellement profond: il n'est pas seulement de conjoncture ou de personne, la divergence est aussi culturelle.C'est plus qu'une stratégie, c'est une idéologie nationale. Qu'elles soient islamistes ou modernistes, militaires ou civiles, les élites algériennes sont convaincues de leur mission historique dans la région.Devant un tel adversaire, il ne sert strictement à rien d'être conciliant, bien au contraire. Cela renforce son mépris et sa conviction que l'autre est un faible et un incapable.Plus le Maroc fera des concessions et des ouvertures à l'Algérie, plus celle-ci se montrera exigeante et arrogante. Il n'y a que la politique de fermeté stricte qui puisse servir de barrage.Abdelmounaïm DILAMI

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc