×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Les monstres

Par L'Economiste| Edition N°:1520 Le 19/05/2003 | Partager

Les monstres sont parmi nous. Les attentats qui ont frappé Casablanca sont le produit de la folie extrémiste. Leur lien avec le terrorisme international est évident, mais les monstres qui ont exécuté ces opérations sont Marocains et l'horreur n'en est que plus grande.Les terroristes ont agressé la société tout entière. Le Maroc est paisible et les Marocains sont des gens pacifiques. Nous devons non seulement rejeter une telle horreur mais agir pour extirper le mal, à sa racine. Et cela, ce n'est pas de la seule responsabilité des services de sécurité. Ces derniers, chacun a pu le constater, ont réagi efficacement et avec diligence, montrant que le service aux civils n'est pas qu'un concept abstrait. La situation a été rapidement sous contrôle et la communication a été diligente et juste.La responsabilité de lutter contre les monstres revient aussi à l'ensemble de la société. Le Maroc a choisi la démocratie et l'ouverture. De ce fait, il se trouve la cible des terroristes. Notre action à nous, société civile, doit aller dans le sens de combattre les idéologies totalitaires et extrémistes qui favorisent et contribuent à l'émergence de telles monstruosités.De tout temps, le terrorisme cherche à inhiber la société, à la paralyser par l'intimidation et la peur, de l'intimidation vestimentaire jusqu'aux meurtres massifs par les attentats. Ils veulent ainsi nous soumettre à leur vision fasciste de la vie.Nous n'acceptons pas que les extrémistes nous imposent leur loi, occupent notre espace, nos émotions et notre intelligence. Les idéologies extrémistes doivent être combattues avec la plus grande fermeté et éliminées. Il ne faut pas laisser les ennemis de la démocratie profiter de ses largesses pour la détruire.Le projet démocratique est un projet sociétal. Il se heurte à l'extrémisme. Notre projet de société mérite que l'on se batte pour lui, car il s'agit du Maroc que nous voulons avoir et que nous voulons laisser à nos enfants. Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc