×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Laboratoires

    Par L'Economiste| Edition N°:1140 Le 09/11/2001 | Partager

    Qui dit mieux? De meilleurs prix et emballages, de nouveaux produits, un service performant, de la qualité. La concurrence se joue désormais autrement. Depuis le 6 juillet dernier, la réforme introduit de nouveaux concepts dans le champ économique. Pour mieux les préciser, le décret d'application de la loi vient d'être publié au Bulletin Officiel. Fini les rebelles, la loi sur la concurrence pose ses règles: user de la liberté sans en abuser et gare à celui qui oubliera ce principe. Car l'objectif est de préserver les règles du marché.Mais avant de passer aux sanctions, les pouvoirs publics disent vouloir privilégier d'abord l'aspect pédagogique et éducatif. C'est en l'expliquant qu'un texte est assimilé et les dérapages dans les deux sens évités.D'ailleurs, de larges opérations de communication avaient commencé avant l'entrée en vigueur de la loi sur la concurrence. Et dans les prochaines semaines, une vaste «campagne blanche» pour l'affichage des prix sera lancée. Une manière de sensibiliser et expliquer. Mais après, attention, les Messieurs Concurrence sortiront leurs carnets pour verbaliser.Ce dispositif de la liberté des prix et de la concurrence, actuellement en place, est un tournant décisif dans l'histoire du droit économique marocain. Pour tous les opérateurs, la concurrence sera une formidable locomotive et un changement fondamental pour le développement. D'un autre côté, elle les contraindra à opérer différemment et à faire table rase des mauvaises habitudes et des méthodes archaïques. Le nouvel environnement a du bon car lorsqu'une entreprise adopte une logique, elle contraint les autres opérateurs à en faire de même, sinon autant.Le marché sera ainsi un grand laboratoire de travaux pratiques. Ses résultats seront la doctrine et la jurisprudence de demain.Meriem OUDGHIRI

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc