×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:141 Le 04/08/1994 | Partager

A plusieurs reprises, ces derniers temps, le gouvernement marocain s'est fait l'écho de l'inquiétude exprimée par les industriels à propos de la contrebande. Pourtant, cette dernière est le produit pervers d'une législation douanière inadaptée.

En contrebande, le risque se justifie par le gain attendu, lequel dépend directement du niveau des droits de douane.

A quoi servent réellement les droits de douane?

Ils sont, en principe, au service de deux politiques. Il y a d'abord une politique de protection pour donner un avantage supplémentaire à une ou plusieurs productions locales. Il y a aussi une politique de recettes budgétaires. Mais en matière de droits de douane, comme en toutes choses, il faut mesure garder. A défaut, le mécanisme fonctionnerait à l'envers.

La facilité cesse de servir le budget: la matière imposable fuit le douanier et les recettes, au lieu d'augmenter, disparaissent. En lieu et place de protection, les droits d entrée trop élevés donnent une prime directe à la contrebande, à celle que l'on dit organisée, parce qu'elle se fait au grand jour par simple supercherie sur les numéros de nomenclature.

Il ne sert à rien de vouloir l'empêcher: augmenter les contrôles débouche quasimécaniquement sur un partage de la prime entre le tricheur et celui qui est chargé d'empêcher la fraude. Il faut presque se féliciter que cela soit ainsi, car en l'absence de cette "régulation occulte", c'est toute la machine économique qui se bloquerait. La protection devient parfaitement illusoire, elle n'existe plus que sur le papier. Tant que n'est pas reprise sérieusement la politique de levée des barrières à l'entrée, ce ne sont que des larmes de crocodile que celles versées sur les méfaits de la contrebande.

Abdelmounaïm DILAMI



Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc