×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    L'éditorial

    Par L'Economiste| Edition N°:68 Le 25/02/1993 | Partager

    Un million de personnes sont menacées.

    Ce sont les employés (et leurs familles) des entreprises privées modernes qui assurent leur personnel contre les risques de maladie.
    En fait ce sont surtout les patrons et les directeurs des ressources humaines de ces entreprises qui s'inquiètent du monopole CNSS. Les autres cadres ne le ressentent que comme une menace imprécise, en tout cas lointaine. Les employés, eux, sont à peine au courant: pour eux, la couverture-maladie vaut de 3 à 4% de leur salaire pour des remboursements de 80 à 100% et des déplafonnements aisément obtenus, sous l'étiquette de "cas social".

    Dans le projet de généralisation de la couverture-maladie, il en va tout autrement: il faudra peut-être doubler la facture, se contenter de remboursements à 50% et ce, au petit-bonheur-la-chance, si c'est la CNSS actuelle qui s'occupe de gérer le dossier.
    Le tableau est brutalement brossé, certes, mais il est exact.
    Initialement, l'idée avait germé de coupler les baisses d'IGR avec l'élargissement de la couverture: ce qui était gagné d'un côté pouvait être repris, de manière indolore, pour une nouvelle répartition, sociale celle-là.

    L'occasion est manquée, parce que les administrations, dont le personnel n'est pas concerné, tirent chacune de son côté, parce que la CNSS veut les fonds de l'assurance-maladie, mais doit aussi se donner le temps de se rendre présentable.
    Aujourd'hui les craintes, voire la colère, sont limitées à quelques cercles de spécialistes. Au moment où le projet devra devenir opérationnel, s'il est aussi mal ficelé qu'il en a l'air aujourd'hui, non seulement il mourra avant d'être appliqué, mais il aura provoqué le mécontentement de la partie la plus dynamique du privé.

    Abdelmounaïm DILAMI

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc