×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Intouchables

Par L'Economiste| Edition N°:3195 Le 21/01/2010 | Partager

Les cimentiers viennent de lancer une caravane pour sensibiliser la population au respect du code de la route. Cette initiative tombe à pic. Particulièrement dans un contexte où Karim Ghellab a réussi un coup politique en faisant adopter un texte que tout le monde avait vite enterré car considéré comme mort-né. La nouvelle loi entrera en vigueur au deuxième semestre de cette année. Les choses s’accélèrent. Il faut donc que d’autres associations emboîtent le pas aux cimentiers. En attendant sa mise en œuvre, les appréhensions des usagers de la route et des citoyens en général ne doivent pas être négligées. Il ne faut pas se voiler la face: la plupart d’entre eux sont confrontés à un phénomène bien ancré dans notre pays, la corruption. La logique d’intervention de la police et de la gendarmerie est dictée par le souci de réprimer et de piéger les automobilistes. Souvent, la caméra est soigneusement dissimulée derrière un arbre ou un autre véhicule. Si ce n’est l’agent lui-même qui excelle dans les exercices de camouflage. Un phénomène qui n’existe nulle part ailleurs. Alors que leur mission officielle est d’accompagner et de sensibiliser les citoyens au bon usage de la route. C’est donc un comportement à bannir, et ce n’est pas le seul. S’il faut recrédibiliser le respect de la loi, l’autorité ne doit à aucun moment la violer. Et là aussi, ce n’est pas ce que nous constatons dans les carrefours avec des estafettes ou autres voitures officielles, fières qui de griller les feux rouges, qui de stationner en deuxième position… Et surtout cesser de donner l’impression que deux systèmes cohabitent. Celui du clientélisme où l’on ferme les yeux sur les infractions commises au motif que leurs auteurs sont des «intouchables» ou des «puissants». Celui, officiel, restera limité aux communs des mortels, avec son cortège de retraits de permis de conduire et d’amendes. Mais Ghellab saura-t-il donner des garanties suffisantes pour ne pas dévoyer le nouveau code de la route?Mohamed CHAOUI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc