×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Insincérité

Par L'Economiste| Edition N°:1433 Le 09/01/2003 | Partager

Le budget 2003 promet d'être difficile à boucler. La remontée brutale des cours de pétrole risque de réduire la marge de manoeuvre du gouvernement par rapport aux objectifs inscrits dans la loi de Finances. Le cours du baril avoisinait hier les 28,5 dollars en milieu d'après-midi, alors que les recettes pour l'actuel budget ont été établies sur la base de 24 dollars. Cette conjoncture renforce la thèse des économistes, selon laquelle la loi de Finances aurait maintenu avec beaucoup de démagogie, et malgré une conjoncture économique mondiale plus que menaçante, une prévision de croissance de 4,5%. Un objectif qui, en l'état actuel des choses, pourrait sembler tout bonnement stupide. Sachant qu'il faudra peut-être aussi compter avec le risque monétaire. Oualalou avait bien essayé de rassurer lors de la série de questions au Parlement, évoquant une nouvelle particularité de l'économie marocaine, à savoir son "degré d'autonomie" par rapport aux paramètres extérieurs. Mais faut-il pour autant prendre ces arguments pour argent comptant? Le sentiment d'inquiétude est parfaitement résumé par le patronat qui doute fort aujourd'hui que le budget puisse relancer l'investissement ou le programme de mise à niveau. La situation risque de s'aggraver. Car si la flambée des cours de pétrole continue, -ce qui est fort probable dans la perspective d'une guerre en Irak-, les hypothèses sur lesquelles est fondé le budget 2003 ne seront pas simplement optimistes, mais délirantes. Ce qui rend les premiers scénarios quasi inopérants. Certes, le risque international est un paramètre avec lequel le gouvernement est obligé de composer au cours du processus d'élaboration de chaque loi de Finances. Il ne doit en revanche pas se transformer en risque d'insincérité budgétaire. Mohamed BENABID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc