×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Inestimable

Par L'Economiste| Edition N°:3246 Le 02/04/2010 | Partager

ON obtenant l’«Investment Grade» chez l’agence de notation Standard & Poor’s, le Maroc a obtenu son label de fiabilité pour les relations financières avec l’étranger.Le gouvernement n’a pas assez expliqué l’importance de cette note. C’est illogique, mais c’est comme ça: de tout temps, nos gouvernements ont été très forts pour se discréditer en tentant d’expliquer l’injustifiable ou l’invraisemblable et ils ratent le coche pour se mettre en valeur à bon escient! Ce faisant, ils font manquer des opportunités à l’ensemble du Maroc.Mais là n’est pas notre propos. Observons ce que change ce label.D’abord, il faut savoir qu’il est rarissime qu’un pays ayant failli à sa dette arrive à réintégrer la communauté des Etats parfaitement fiables. Or, avec 25 ans d’efforts appliqués, Rabat y est arrivé. Ce n’est pas rien. Ensuite, la période n’est pas neutre: ce n’est pas une affaire banale de parvenir à maintenir ses finances publiques en bon état, quand la crise mondiale ruine les budgets de nations bien mieux armées que le Maroc, et ce en poussant la croissance à des taux dignes de la Chine. Chapeaux bas! L’Investment Grade donne des arguments pour emprunter à bien meilleur compte que les pays qui n’ont pas cette note. Plus stratégique: vu la crise, vu la raréfaction des financements qu’elle provoque, il n’est pas déraisonnable de penser que, peut-être, ce label peut devenir déterminant, tracer la frontière entre ceux à qui on prête et ceux à qui on ne prêtera plus rien. C’est valable pour les finances de l’Etat comme pour les entreprises publiques dont on connaît le poids déterminant pour le développement social comme pour le développement tout court.Et c’est aussi un label en or pour toutes les relations financières privées. Les partenaires, quels que soient le niveau et la nature de leurs relations avec un acteur du Maroc, savent qu’ils peuvent s’engager en confiance. C’est inestimable.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc